05 mai 2015

La Financière Sun Life annonce ses résultats du premier trimestre de l'exercice 2015

TORONTO, le 5 mai 2015 /CNW/ - Financière Sun Life inc. (TSX : SLF) (NYSE : SLF)

L'information contenue dans le présent document concernant le premier trimestre de 2015 est fondée sur les résultats financiers intermédiaires non audités de la Financière Sun Life inc. pour la période close le 31 mars 2015. La Financière Sun Life inc., ses filiales et ses coentreprises sont collectivement désignées par les termes « la Compagnie », « la Financière Sun Life », « nous », « notre » ou « nos ». À moins d'indication contraire, tous les montants sont en dollars canadiens.

Points saillants financiers du premier trimestre de 2015

  • Le bénéfice d'exploitation net1 s'est chiffré à 446 M$, ou 0,73 $ par action1, 2, comparativement à 454 M$, ou 0,74 $ par action, pour le premier trimestre de 2014. Le bénéfice net déclaré s'est chiffré à 441 M$, ou 0,72 $ par action, comparativement à 400 M$, ou 0,65 $ par action, pour la période correspondante de l'exercice précédent.
    • Le bénéfice net sous-jacent1 s'est chiffré à 516 M$, ou 0,84 $ par action1, 2, au premier trimestre de 2015, comparativement à 440 M$, ou 0,72 $ par action, pour le premier trimestre de 2014.
  • Le rendement d'exploitation des capitaux propres1 et le rendement des capitaux propres sous-jacent1 se sont chiffrés à 10,4 % et à 12,1 %, respectivement, pour le premier trimestre de 2015, comparativement à un rendement d'exploitation des capitaux propres de 12,0 % et un rendement des capitaux propres sous-jacent de 11,6 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent.
  • Le dividende trimestriel déclaré s'est chiffré à 0,38 $ par action.
  • Le ratio du montant minimal permanent requis pour le capital et l'excédent de la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie s'est établi à 216 %.

« Nous avons affiché pour le premier trimestre un solide bénéfice sous-jacent, soit 516 M$, en raison des importants apports fournis par nos quatre piliers, a déclaré Dean Connor, président et chef de la direction de la Financière Sun Life. Nous sommes heureux d'annoncer une augmentation de deux cents par action de notre dividende trimestriel, qui passera à 38 cents par action, en raison de ces résultats et du fait que nous prévoyons que nos activités poursuivront sur leur lancée. »

                       

1.

Le bénéfice d'exploitation net (la perte d'exploitation nette) et les informations financières fondées sur celui-ci, comme le bénéfice d'exploitation par action (la perte d'exploitation par action), le rendement d'exploitation des capitaux propres, le bénéfice net sous-jacent (la perte nette sous-jacente), le bénéfice par action sous-jacent (la perte par action sous-jacente) et le rendement des capitaux propres sous­-jacent, ne sont pas calculés selon les Normes internationales d'information financière. Se reporter aux rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

2.

Tous les montants présentés au titre du bénéfice par action tiennent compte de la dilution, sauf indication contraire.

« Au Canada, la Financière Sun Life a conclu un contrat d'assurance longévité sans précédent, en vertu duquel le risque de longévité correspondant à une tranche de 5 G$ des engagements du régime de retraite de Bell Canada a été transféré à la Financière Sun Life, venant ainsi solidifier notre position de chef de file sur le marché canadien des solutions de réduction des risques liés aux régimes de retraite, a affirmé M. Connor. Placements mondiaux Sun Life a affiché une bonne tenue, offrant aux clients des rendements élevés sur leurs placements et une gamme élargie de produits, ce qui a donné lieu, comparativement à l'exercice précédent, à une croissance de 41 % du total des souscriptions; celles-ci se sont chiffrées à 811 M$. »

« L'actif géré à l'échelle mondiale a atteint 813 G$, soit une augmentation de 20 % comparativement au premier trimestre de 2014. Cette hausse reflète le renforcement continu du dollar américain et les fluctuations du marché, qui ont fait passer l'actif géré de la MFS à 441 G$ US, a souligné M. Connor. Nous avons continué de faire croître notre pilier de gestion d'actif en concluant l'acquisition de Ryan Labs Inc., qui nous permet d'intensifier notre présence sur le marché de la gestion d'actif aux États-Unis. »

« Nous sommes heureux du bénéfice dégagé par la Division des garanties collectives de la FSL États-Unis. Bien qu'il nous faudra plusieurs trimestres avant d'atteindre des résultats durables, les résultats obtenus démontrent que les mesures prises par la direction en 2014 ont une incidence favorable sur nos activités. »

« Nos activités en Asie ont continué d'afficher une forte croissance, ce qui a permis de dégager un solide bénéfice net sous-jacent de 62 M$, les souscriptions d'assurance individuelle, excluant l'incidence du change, ayant augmenté de 15 % comparativement au premier trimestre de l'exercice précédent. »

Notre bénéfice net déclaré s'est chiffré à 441 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 400 M$ au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Le tableau suivant présente notre bénéfice d'exploitation net et notre bénéfice net sous-jacent pour les premiers trimestres de 2015 et de 2014.

(en millions de dollars, après impôt)

T1 15

T1 14

Bénéfice d'exploitation net

446

454


Incidence des marchés

(22)

(26)


Modifications des hypothèses et mesures de la direction

(48)

40

Bénéfice net sous-jacent

516

440

Le conseil d'administration de la Financière Sun Life inc. a déclaré aujourd'hui un dividende trimestriel aux actionnaires de 0,38 $ par action ordinaire.

Points saillants liés à l'exploitation
Notre stratégie repose sur quatre piliers de croissance clés. Les progrès réalisés à l'égard de ces piliers sont présentés en détail ci-dessous.

Être un chef de file sur le marché canadien de la protection financière et de la gestion de patrimoine
Le secteur des Solutions prestations déterminées, qui fait partie de notre Division des régimes collectifs de retraite, a conclu le transfert, à la Financière Sun Life, du risque de longévité correspondant à une tranche de 5 G$ des engagements du régime de retraite de Bell Canada. Cette opération, dont une partie importante a été réassurée, vient solidifier notre position de chef de file sur le marché des solutions visant à aider les employeurs à réduire les risques liés à leurs régimes de retraite à prestations déterminées.

Nos activités groupe continuent de croître au Canada, les affaires en vigueur des Garanties collectives se chiffrant à 9 G$ et l'actif administré par les Régimes collectifs de retraite s'établissant à 77 G$. Les résultats pour 2014 récemment publiés par Benefits Canada confirment que les Garanties collectives demeurent au premier rang1 et accentuent leur avance sur la concurrence. Les souscriptions de produits de continuité liés à la retraite ont enregistré une importante hausse de 24 % au premier trimestre comparativement au premier trimestre de 2014.

Les souscriptions de produits de gestion de patrimoine de la Division de l'individuelle de la FSL Canada ont augmenté de 4 % comparativement à la période correspondante de l'exercice précédent pour atteindre 1,5 G$. Les fortes souscriptions de titres d'organismes de placement collectif destinés aux particuliers ont été partiellement contrebalancées par la diminution des souscriptions de produits garantis et de produits à revenu fixe attribuable à la faiblesse des taux d'intérêt. Le total des souscriptions de produits de gestion de patrimoine de la FSL Canada a diminué de 1,4 G$ comparativement au premier trimestre de 2014 pour atteindre 2,8 G$, essentiellement en raison de la baisse des souscriptions de produits de gestion de patrimoine enregistrée par les Régimes collectifs de retraite. Celles-ci ont reculé de 52 % pour atteindre 1,3 G$, ce qui s'explique par les ventes importantes réalisées sur le marché des grandes entreprises au premier trimestre de 2014.

La Financière Sun Life s'est classée au premier rang des compagnies d'assurances de personnes dans le cadre d'une étude récente sur les entreprises les plus admirées au Québec menée par la revue Les Affaires.

Être un gestionnaire d'actif de premier plan à l'échelle mondiale, avec l'appui de la MFS
L'actif géré à l'échelle mondiale atteignait 813 G$ à la clôture du premier trimestre de 2015.

L'actif géré de la MFS Investment Management (la « MFS ») a augmenté pour atteindre 441 G$ US à la clôture du premier trimestre de 2015 en raison des fluctuations favorables du marché. Les souscriptions brutes de la MFS se sont établies à 22,8 G$, en hausse de 2 % comparativement à la période correspondante de l'exercice précédent, les souscriptions auprès de particuliers hors des États-Unis ayant augmenté de 47 % comparativement au premier trimestre de 2014 pour atteindre 5,2 G$. Les sorties nettes de 0,2 G$ sont attribuables aux fonds institutionnels et ont été largement contrebalancées par les rentrées nettes au chapitre des fonds destinés aux particuliers.

Le rendement à long terme des fonds offerts aux particuliers par la MFS demeure solide, 95 % et 97 % de l'actif s'inscrivant dans ces fonds se classant dans la moitié supérieure de leurs catégories Lipper pour ce qui est du rendement sur 5 et 10 ans, respectivement, au 31 mars 2015. Pour la quatrième année consécutive, la MFS s'est classée parmi les dix premières familles de fonds dans le cadre de l'étude de Barron pour les rendements sur 10 ans. Aux États-Unis, le MFS Diversified Income Fund a reçu un prix Lipper à titre de fonds le plus performant dans les catégories 3 et 5 ans.

Nous avons conclu le 2 avril 2015 l'acquisition de Ryan Labs Inc., gestionnaire d'actif établi à New York, ce qui nous a permis d'augmenter nos capacités en ce qui touche les investissements guidés par le passif et les stratégies de rendement global associées aux placements à revenu fixe aux États-Unis.

                       

1.

Selon le classement du magazine Benefits Canada, fondé sur les primes et les équivalents de primes sur une année complète au 31 décembre 2014.

Être un chef de file dans les secteurs des garanties collectives aux États-Unis et des solutions destinées à la clientèle fortunée à l'échelle internationale
Les activités d'assurance-maladie en excédent de pertes de la FSL États-Unis ont continué d'afficher un solide rendement, les souscriptions ayant augmenté de 21 % comparativement au premier trimestre de 2014.

Au cours du trimestre, nous avons continué d'accroître les occasions de distribution sur les places de marché électronique privées. Nous avons en effet été choisis pour participer au Mercer Marketplace, un des plus importants réseaux de places de marché électronique privées, et un de ceux connaissant la croissance la plus rapide, aux États-Unis.

En raison de nos mesures visant les prix, les souscriptions de produits d'assurance-vie et d'assurance-invalidité collectives ont diminué au cours du trimestre, mais les niveaux de prix pour les affaires nouvelles et le taux de maintien en vigueur des affaires existantes ont été conformes à nos prévisions.

Les souscriptions d'assurance-vie de la division International se sont établies à 12 M$ US au premier trimestre de 2015, en baisse de 50 % comparativement au premier trimestre de 2014. Ce recul est attribuable au maintien d'une approche disciplinée en matière d'établissement des prix dans un contexte de faibles taux d'intérêt. Les souscriptions de produits de gestion de patrimoine de la division International ont diminué de 59 M$ US au premier trimestre de 2015 comparativement au premier trimestre de 2014, alors que nous continuons d'harmoniser la conception de nos produits, nos efforts de commercialisation et notre modèle de distribution afin de nous concentrer sur certaines régions, certains distributeurs et certains segments de clientèle.

Croître en Asie grâce à l'excellence de la distribution dans les marchés en forte expansion
La FSL Asie a continué de faire croître son réseau d'agences dans la région. Exprimées en monnaie locale, les souscriptions réalisées par les agences aux Philippines, en Indonésie et à Hong Kong ont augmenté de 38 %, 38 % et 24 %, respectivement. Le total des souscriptions de produits de gestion de patrimoine a également augmenté comparativement au trimestre correspondant de l'exercice précédent, en raison des résultats enregistrés en Inde et en Chine.

Aux Philippines, la Sun Life of Canada (Philippines), Inc. s'est classée au premier rang des compagnies d'assurance-vie au chapitre des produits totaux tirés des primes pour la quatrième année consécutive, ainsi qu'au premier rang au chapitre des primes des affaires nouvelles pour une sixième année, selon les données publiées au premier trimestre de 2015 par la commission des assurances du pays.

Autres points saillants
La Financière Sun Life a célébré son 150e anniversaire au cours du trimestre. Elle avait reçu sa charte à Montréal le 18 mars 1865. Cet événement a été souligné lors de l'ouverture des Bourses de Toronto, de New York et des Philippines le 2 mars 2015.

Mode de présentation de nos résultats
La Financière Sun Life inc. (la « FSL inc. »), ses filiales et ses coentreprises sont collectivement désignées par les termes « la Compagnie », « la Financière Sun Life », « nous », « notre » ou « nos ». Nous gérons nos activités et présentons nos résultats financiers en fonction de cinq secteurs d'activité : la Financière Sun Life Canada (la « FSL Canada »); la Financière Sun Life États-Unis (la « FSL États-Unis »); la MFS Investment Management (la « MFS »); la Financière Sun Life Asie (la « FSL Asie ») et l'Organisation internationale. Sous Organisation internationale sont groupées les activités de notre division au Royaume-Uni (la « FSL Royaume-Uni ») et des Services de soutien généraux. Les Services de soutien généraux englobent les activités liées à notre portefeuille fermé de réassurance, ainsi que les produits tirés des placements, les charges, le capital et les autres éléments qui n'ont pas été attribués aux autres secteurs. Pour de plus amples renseignements sur ces secteurs, se reporter à nos états financiers consolidés annuels et intermédiaires et aux notes annexes (les « états financiers consolidés annuels » et les « états financiers consolidés intermédiaires », respectivement). Nous préparons nos états financiers consolidés intermédiaires non audités selon les Normes internationales d'information financière (les « IFRS ») et conformément à la Norme comptable internationale 34, Information financière intermédiaire. L'information contenue dans le présent document est présentée en dollars canadiens, sauf indication contraire.

Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS
Nous présentons certaines informations financières en ayant recours à des mesures financières non définies par les IFRS, étant donné que nous estimons que ces mesures fournissent des informations pouvant aider les investisseurs à comprendre notre rendement et à comparer nos résultats trimestriels et annuels d'une période à l'autre. Ces mesures financières non définies par les IFRS ne font pas l'objet d'une définition normalisée et peuvent ne pas être comparables à des mesures semblables utilisées par d'autres sociétés. Pour certaines mesures financières non définies par les IFRS, il n'y a aucun montant calculé selon les IFRS qui soit directement comparable. Ces mesures financières non définies par les IFRS ne doivent pas être considérées comme une solution de rechange aux mesures de rendement financier établies conformément aux IFRS. Nos rapports de gestion annuels et intermédiaires ainsi que les dossiers de renseignements financiers supplémentaires disponibles à la section « Investisseurs - Résultats et rapports financiers » à l'adresse www.sunlife.com présentent des renseignements supplémentaires concernant ces mesures financières non définies par les IFRS, ainsi qu'un rapprochement avec les mesures selon les IFRS les plus proches. La rubrique « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS » du présent document présente également un rapprochement avec les mesures selon les IFRS.

Le bénéfice d'exploitation net (la perte d'exploitation nette) et les mesures financières fondées sur celui-ci, qui comprennent le bénéfice (la perte) d'exploitation par action et le rendement d'exploitation des capitaux propres, sont des mesures financières non définies par les IFRS. Le bénéfice d'exploitation net (la perte d'exploitation nette) exclut du bénéfice net déclaré l'incidence des éléments suivants qui ne sont pas de nature opérationnelle ou récurrente afin d'aider les investisseurs à comprendre le rendement de nos activités : i) certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture; ii) les ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS; iii) la perte liée à la vente de nos activités américaines de rentes1; iv) l'incidence des modifications des hypothèses et des mesures de la direction liées à la vente de nos activités américaines de rentes1; v) les coûts de restructuration et autres coûts connexes (incluant les incidences liées à la vente de nos activités américaines de rentes); vi) les pertes de valeur au titre du goodwill et des immobilisations incorporelles; et vii) d'autres éléments qui ne sont pas de nature opérationnelle ou récurrente. Le bénéfice d'exploitation par action exclut également l'incidence dilutive des instruments convertibles. 

                       

1.

Le 1er août 2013, nous avons conclu la vente de nos activités américaines de rentes et de certaines de nos activités d'assurance-vie aux États-Unis (collectivement, nos « activités américaines de rentes »). Pour avoir de l'information sur nos activités abandonnées, se reporter à nos états financiers consolidés annuels pour 2014 et à notre rapport de gestion annuel pour 2013.

Le bénéfice net sous-jacent (la perte nette sous-jacente) et les mesures financières fondées sur celui-ci, qui comprennent le bénéfice par action sous-jacent (la perte par action sous-jacente) et le rendement des capitaux propres sous-jacent, sont des mesures non définies par les IFRS. Le bénéfice net sous-jacent (la perte nette sous-jacente) exclut du bénéfice d'exploitation net (de la perte d'exploitation nette) l'incidence des éléments suivants qui viennent créer de la volatilité dans nos résultats en vertu des IFRS et qui, lorsqu'ils sont exclus, aident à expliquer nos résultats d'une période à l'autre : a) l'incidence des marchés; b) les modifications des hypothèses et les mesures de la direction; et c) les autres éléments n'ayant pas été traités à titre d'ajustements du bénéfice d'exploitation net et qui, lorsqu'ils sont exclus, aident à expliquer nos résultats d'une période à l'autre. L'incidence des marchés comprend les éléments suivants : i) l'incidence, sur le rendement des placements et sur la valeur des instruments dérivés utilisés dans le cadre de nos programmes de couverture, des variations de taux d'intérêt qui diffèrent de nos hypothèses les plus probables au cours de la période de présentation de l'information financière, incluant les variations des écarts de taux et des écarts de swap, et des variations des taux de réinvestissement présumés des placements à revenu fixe utilisés dans la détermination des provisions techniques; ii) l'incidence des variations des marchés des actions, déduction faite des couvertures, au-delà ou en deçà de nos hypothèses les plus probables, soit une croissance d'environ 2 % par trimestre au cours de la période de présentation de l'information financière, et l'incidence du risque de corrélation inhérent à notre programme de couverture pour les produits offrant des garanties; et iii) l'incidence des variations de la juste valeur des biens immobiliers pour la période de présentation de l'information financière. Les notes qui figurent au bas du tableau de la rubrique « Comparaison entre le T1 2015 et le T1 2014 » de la section « Sommaire financier » du présent document donnent plus de détails sur ces ajustements. Les modifications des hypothèses reflètent l'incidence des révisions des hypothèses utilisées pour déterminer nos passifs relatifs aux contrats d'assurance et aux contrats de placement. L'incidence des mesures prises par la direction au cours de la période considérée, désignées par le terme « mesures de la direction », sur nos passifs relatifs aux contrats d'assurance et aux contrats de placement inclut, par exemple, des changements de prix applicables aux contrats en vigueur, de nouvelles ententes ou des ententes révisées de réassurance relativement à des affaires en vigueur, ou des changements significatifs aux politiques de placement concernant des segments d'actifs soutenant nos passifs. Le bénéfice par action sous-jacent exclut également l'incidence dilutive des instruments convertibles.

Les autres mesures financières non définies par les IFRS que nous utilisons comprennent les produits ajustés, les équivalents de primes et de versements SAS (services administratifs seulement), l'actif des organismes de placement collectif et les souscriptions réalisées à ce chapitre, l'actif des fonds gérés et les souscriptions réalisées à ce chapitre, les primes et versements, les primes et versements ajustés, l'actif géré, l'actif administré et le taux d'imposition effectif sur le bénéfice d'exploitation net.

Sauf indication contraire, tous les facteurs dont il est question dans le présent document et qui ont une incidence sur nos résultats s'appliquent au bénéfice net déclaré (à la perte nette déclarée), au bénéfice d'exploitation net (à la perte d'exploitation nette) et au bénéfice net sous-jacent (à la perte nette sous-jacente). Le bénéfice net déclaré (la perte nette déclarée) s'entend du bénéfice net (de la perte nette) attribuable aux actionnaires ordinaires déterminé(e) conformément aux IFRS. Le bénéfice net déclaré (la perte nette déclarée), le bénéfice d'exploitation net (la perte d'exploitation nette), y compris les ajustements, le bénéfice net sous-jacent (la perte nette sous-jacente), y compris les ajustements, et les sensibilités du bénéfice net et des autres éléments du résultat global sont présentés après impôts sauf indication contraire.

Dans le présent document, tous les montants présentés au titre du bénéfice par action tiennent compte de la dilution, sauf indication contraire.

Renseignements supplémentaires
Pour de plus amples renseignements sur la FSL inc., se reporter à nos états financiers consolidés intermédiaires et annuels, à nos rapports de gestion intermédiaires et annuels et à notre notice annuelle. Ces documents sont déposés auprès des autorités de réglementation des valeurs mobilières au Canada et peuvent être consultés à l'adresse www.sedar.com. Sont en outre déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (la « SEC ») des États-Unis les états financiers consolidés annuels de la FSL inc., son rapport de gestion annuel et sa notice annuelle dans le rapport annuel de la FSL inc. sur formulaire 40-F, ainsi que ses rapports de gestion intermédiaires et ses états financiers consolidés intermédiaires sur formulaire 6-Ks; ces documents peuvent être consultés à l'adresse www.sec.gov.

Sommaire financier


Résultats trimestriels

(en millions de dollars, sauf indication contraire)

T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14


Bénéfice net (perte nette)












Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette)1

446


511


467


488


454



Bénéfice net déclaré (perte nette déclarée)

441


502


435


425


400



Bénéfice net sous-jacent (perte nette sous- jacente)1

516


360


517


499


440


Bénéfice dilué par action (en dollars)












Bénéfice d'exploitation par action (dilué)1

0,73


0,83


0,76


0,80


0,74



Bénéfice par action déclaré (dilué)

0,72


0,81


0,71


0,69


0,65



Bénéfice par action sous-jacent (dilué)1

0,84


0,59


0,84


0,81


0,72


Bénéfice de base par action déclaré (en dollars)

0,72


0,82


0,71


0,70


0,66


Nombre moyen d'actions ordinaires en circulation (en millions)

613


613


612


611


610


Nombre d'actions ordinaires en circulation, à la fin (en millions)

611,2


613,1


612,7


611,4


610,6


Dividendes par action ordinaire (en dollars)

0,36


0,36


0,36


0,36


0,36


Ratio du MMPRCE2

216

%

217

%

218

%

222

%

221

%

Rendement des capitaux propres (%)












Rendement d'exploitation des capitaux propres1

10,4

%

12,6

%

11,9

%

12,6

%

12,0

%


Rendement des capitaux propres sous-jacent1

12,1

%

8,8

%

13,1

%

12,9

%

11,6

%

Primes et versements












Produits tirés des primes nets

2 207


2 701


2 695


2 372


2 228



Versements liés aux fonds distincts

2 411


2 155


1 907


2 611


2 576



Souscriptions de titres d'organismes de placement collectif1

22 124


17 071


14 714


16 267


18 567



Souscriptions de parts de fonds gérés1

8 243


7 988


8 170


6 131


7 579



Équivalents de primes et de versements SAS1

1 769


1 855


1 638


1 495


1 760


Total des primes et versements1

36 754


31 770


29 124


28 876


32 710


Actif géré












Actif du fonds général

148 725


139 419


133 623


129 253


128 171



Actif des fonds distincts

89 667


83 938


82 058


82 461


80 054



Actif des organismes de placement collectif, actif des fonds gérés et autres éléments de l'actif géré1

574 166


511 085


482 499


472 677


467 662


Total de l'actif géré1

812 558


734 442


698 180


684 391


675 887


Capital












Titres de créance subordonnés et instruments de capital novateurs3

2 881


2 865


2 857


2 849


2 606



Capitaux propres attribuables aux titulaires de contrat avec participation

142


141


133


131


133



Total des capitaux propres attribuables aux actionnaires

19 761


18 731


18 156


17 641


17 818


Total du capital

22 784


21 737


21 146


20 621


20 557




1.

Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Se reporter aux rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

2.

Ratio du montant minimal permanent requis pour le capital et l'excédent (le « ratio du MMPRCE ») de la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie (la « Sun Life du Canada »).

3.

Les instruments de capital novateurs désignent les titres échangeables de la Fiducie de capital Sun Life et sont considérés comme des capitaux aux termes de la réglementation canadienne. Ils sont cependant présentés à titre de débentures de premier rang dans nos états financiers consolidés annuels et intermédiaires en vertu des IFRS. Pour plus de détails, se reporter à la rubrique « Gestion du capital et des liquidités - Capital » de notre rapport de gestion annuel de 2014.

Sauf indication contraire, tous les facteurs dont il est question dans le présent document et qui ont une incidence sur nos résultats s'appliquent au bénéfice net déclaré (à la perte nette déclarée), au bénéfice d'exploitation net (à la perte d'exploitation nette) et au bénéfice net sous-jacent (à la perte nette sous-jacente).

Comparaison entre le T1 2015 et le T1 2014
Notre bénéfice net déclaré s'est chiffré à 441 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 400 M$ au premier trimestre de 2014. Le bénéfice d'exploitation net s'est chiffré à 446 M$ pour le trimestre clos le 31 mars 2015, comparativement à 454 M$ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice net sous-jacent s'est chiffré à 516 M$, comparativement à 440 M$ au premier trimestre de 2014.

Le rendement d'exploitation des capitaux propres et le rendement des capitaux propres sous-jacent se sont chiffrés à 10,4 % et à 12,1 %, respectivement, pour le premier trimestre de 2015. Le rendement d'exploitation des capitaux propres et le rendement des capitaux propres sous-jacent se sont chiffrés à 12,0 % et à 11,6 %, respectivement, pour le premier trimestre de 2014. La diminution du rendement d'exploitation des capitaux propres comparativement au premier trimestre de 2014 est largement attribuable à l'augmentation des capitaux propres découlant de l'incidence du change et des bénéfices non distribués au cours des douze derniers mois.

Le tableau suivant présente le rapprochement de nos mesures du bénéfice net ainsi que l'incidence d'autres éléments importants sur notre bénéfice net pour les premiers trimestres de 2015 et de 2014.


Résultats trimestriels

(en millions de dollars, après impôt)

T1 15


T1 14

Bénéfice net déclaré

441


400


Incidence de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture

15


5


Ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS

(20)


(51)


Coûts de restructuration et autres coûts connexes

--


(8)

Bénéfice d'exploitation net1

446


454


Incidence des marchés des actions






Incidence des variations des marchés des actions

23


30



Incidence du risque de corrélation

(14)


3


Incidence des marchés des actions2

9


33


Incidence des taux d'intérêt






Incidence des variations des taux d'intérêt

(54)


(58)



Incidence des variations des écarts de taux

(10)


(13)



Incidence des variations des écarts de swap

23


7


Incidence des taux d'intérêt3

(41)


(64)


Augmentations (diminutions) découlant des variations de la juste valeur des biens immobiliers

10


5


Incidence des marchés

(22)


(26)


Modifications des hypothèses et mesures de la direction

(48)


40

Bénéfice net sous-jacent1

516


440





Incidence d'autres éléments importants sur notre bénéfice net :




Éléments relatifs aux résultats4





Incidence des activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance

25


36


Mortalité

11


(10)


Morbidité

2


(12)


Crédit

5


16


Déchéances et autres comportements des titulaires de contrat

(16)


(19)


Charges

(14)


(14)


Autres

4


--

1.

Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Se reporter aux rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

2.

L'incidence des marchés des actions comprend principalement l'incidence des fluctuations des marchés des actions au cours du trimestre, déduction faite des couvertures, qui diffèrent des hypothèses les plus probables utilisées pour déterminer nos passifs relatifs aux contrats d'assurance, soit une croissance d'environ 2 % par trimestre des marchés des actions. L'incidence des marchés des actions comprend également l'incidence sur le bénéfice du risque de corrélation inhérent à notre programme de couverture, qui correspond à l'écart entre le rendement des fonds sous-jacents de produits offrant des garanties et le rendement des actifs dérivés servant à couvrir ces garanties.

3.

L'incidence des taux d'intérêt comprend l'incidence des variations des taux d'intérêt sur le rendement des placements qui diffère des hypothèses les plus probables, et sur la valeur des instruments dérivés utilisés dans le cadre de nos programmes de couverture. Notre exposition aux taux d'intérêt varie en fonction du type de produit, de la branche d'activité et de l'emplacement géographique. Étant donné la nature à long terme de nos activités, notre sensibilité aux taux d'intérêt à long terme est plus élevée. L'incidence des taux d'intérêt comprend également l'incidence sur le bénéfice des diminutions des taux de réinvestissement présumés des placements à revenu fixe et des variations des écarts de taux et des écarts de swap.

4.

Les éléments relatifs aux résultats reflètent l'écart entre les résultats réels enregistrés au cours de la période de présentation de l'information financière et les hypothèses les plus probables prises en compte dans la détermination de nos passifs relatifs aux contrats d'assurance.

Notre bénéfice net déclaré pour les premiers trimestres de 2015 et 2014 comprend certains éléments qui ne sont pas de nature opérationnelle ou récurrente, et que nous avons par conséquent exclus de notre calcul du bénéfice d'exploitation net. Le bénéfice d'exploitation net pour les premiers trimestres de 2015 et 2014 exclut l'incidence nette de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture, les ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS, ainsi que les coûts de restructuration et autres coûts connexes. L'incidence nette de ces éléments est venue réduire le bénéfice net déclaré de 5 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à une réduction de 54 M$ au premier trimestre de 2014. Par ailleurs, notre bénéfice d'exploitation net a augmenté de 33 M$ au premier trimestre de 2015, en raison des fluctuations des taux de change par rapport aux taux de change moyens du premier trimestre de 2014.

Notre bénéfice net sous-jacent pour les premiers trimestres de 2015 et 2014 exclut l'incidence des marchés, ainsi que les modifications des hypothèses et les mesures de la direction. Les modifications apportées aux hypothèses et les mesures prises par la direction au cours du trimestre sont principalement attribuables à une révision de 61 M$ des passifs relatifs aux contrats d'assurance liés à certains produits d'assurance-vie universelle de la FSL États-Unis. L'incidence nette des marchés ainsi que les modifications des hypothèses et les mesures de la direction ont eu pour effet de réduire le bénéfice d'exploitation net de 70 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à une augmentation de 14 M$ pour le premier trimestre de 2014.

Le bénéfice net du premier trimestre de 2015 reflète également les profits tirés des activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance et les résultats favorables enregistrés au chapitre de la mortalité, contrebalancés par les résultats enregistrés au chapitre des déchéances et des autres comportements des titulaires de contrat ainsi que des charges.

Le bénéfice net du premier trimestre de 2014 reflétait également les profits tirés des activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance et les résultats favorables enregistrés au chapitre du crédit, contrebalancés par les résultats défavorables enregistrés au chapitre de la mortalité et de la morbidité, des déchéances et des autres comportements des titulaires de contrat, ainsi que des charges.

Incidence des taux de change
Nous exerçons nos activités dans de nombreux marchés du monde, notamment au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Irlande, à Hong Kong, aux Philippines, au Japon, en Indonésie, en Inde, en Chine, en Australie, à Singapour, au Vietnam, en Malaisie et aux Bermudes, et nous générons des produits et engageons des charges dans les monnaies de ces pays, lesquels sont convertis en dollars canadiens.

Les éléments ayant une incidence sur nos comptes consolidés de résultat, comme les produits, les prestations et charges et le bénéfice, sont convertis en dollars canadiens aux taux de change moyens pour chaque période. Dans le cas des éléments ayant une incidence sur nos états consolidés de la situation financière, comme l'actif et le passif, les taux de fin de période sont utilisés pour la conversion des devises. Le tableau suivant présente les taux de change les plus pertinents pour les cinq derniers trimestres.


Taux de change

Résultats trimestriels



T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14

Taux moyen







Dollar américain

1,240


1,136


1,088


1,090


1,102


Livre sterling

1,878


1,797


1,817


1,835


1,824

Taux de fin de période







Dollar américain

1,269


1,162


1,120


1,067


1,105


Livre sterling

1,880


1,809


1,815


1,824


1,841

De façon générale, notre bénéfice net profite de la dépréciation du dollar canadien et subit l'incidence défavorable de l'appréciation du dollar canadien puisque le bénéfice net découlant des activités de la Compagnie à l'étranger est converti en dollars canadiens. Cependant, en période de perte, la dépréciation du dollar canadien accentue les pertes. L'incidence relative du change pour toute période donnée est fonction des fluctuations des taux de change et de la proportion de notre bénéfice provenant de nos activités à l'étranger. L'incidence du change sur le bénéfice net généralement présentée est l'incidence d'un exercice à l'autre. Au premier trimestre de 2015, notre bénéfice d'exploitation net a augmenté de 33 M$, en raison des fluctuations des taux de change par rapport aux taux de change moyens du premier trimestre de 2014.

Rendement des différentes organisations

FSL Canada
La FSL Canada est le chef de file du marché canadien dans plusieurs secteurs où elle exerce ses activités, et elle offre des produits et des services à 6 millions de Canadiens. Nos capacités de distribution, notre solide culture axée sur les services, notre leadership en matière de technologie ainsi que la notoriété de notre marque nous procurent une excellente plateforme de croissance. La FSL Canada comprend trois divisions principales - la Division de l'assurance individuelle et de la gestion de patrimoine, la Division des garanties collectives et la Division des régimes collectifs de retraite - qui offrent aux particuliers, dans leurs collectivités et sur leurs lieux de travail, une gamme complète de produits et de services d'assurance, de constitution de patrimoine et de revenu.




Résultats trimestriels

(en millions de dollars)

T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14

Bénéfice net sous-jacent (perte nette sous- jacente)1

201


181


237


195


210


Incidence des marchés

(69)


(54)


(33)


(2)


12


Modifications des hypothèses et mesures de la direction

3


(4)


35


4


16

Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette)1

135


123


239


197


238


Couvertures ne remplissant pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture

15


(6)


2


(8)


5

Bénéfice net déclaré (perte nette déclarée)

150


117


241


189


243

Rendement des capitaux propres sous-jacent (%)1

10,6


9,7


12,8


10,6


11,6

Rendement d'exploitation des capitaux propres (%)1

7,1


6,6


12,9


10,7


13,1

Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette) par division1







Assurance individuelle et gestion de patrimoine1

38


80


68


96


140


Garanties collectives1

54


55


124


53


58


Régimes collectifs de retraite1

43


(12)


47


48


40

Bénéfice d'exploitation net total (perte d'exploitation nette totale)1

135


123


239


197


238











1.

Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Se reporter aux rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

Comparaison entre le T1 2015 et le T1 2014
Le bénéfice net déclaré de la FSL Canada s'est chiffré à 150 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 243 M$ pour le premier trimestre de 2014. Le bénéfice d'exploitation net s'est chiffré à 135 M$, comparativement à 238 M$ au premier trimestre de 2014. Le bénéfice d'exploitation net de la FSL Canada exclut l'incidence de certaines couvertures qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture, laquelle est présentée dans le tableau ci-dessus.

Le bénéfice net sous-jacent s'est chiffré à 201 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 210 M$ au premier trimestre de 2014. Le bénéfice net sous-jacent de la FSL Canada exclut du bénéfice d'exploitation net l'incidence des marchés ainsi que les modifications des hypothèses et les mesures de la direction, qui sont présentées dans le tableau ci-dessus. Au premier trimestre de 2015, nous avons constaté une pression à la baisse sur le bénéfice net en raison du recul des taux d'intérêt. L'incidence défavorable des marchés au premier trimestre de 2015 est principalement attribuable aux variations des taux d'intérêt, partiellement contrebalancées par les marchés des actions, alors que l'incidence favorable observée au premier trimestre de 2014 était principalement attribuable à la tenue des marchés des actions, partiellement contrebalancée par les taux d'intérêt.

Le bénéfice net du premier trimestre de 2015 reflète également les profits tirés des activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance, partiellement contrebalancés par les résultats défavorables enregistrés au chapitre de la morbidité par la Division des garanties collectives (les « GC »), notamment les règlements relatifs aux médicaments à coût élevé, ainsi qu'au chapitre des déchéances et des autres comportements des titulaires de contrat.

Le bénéfice net du premier trimestre de 2014 reflétait également les profits tirés des activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance, partiellement contrebalancés par les résultats défavorables enregistrés au chapitre de la morbidité par les GC dans le secteur de l'assurance-invalidité.

Au premier trimestre de 2015, les souscriptions de produits d'assurance-vie et d'assurance-maladie individuelles ont augmenté pour s'établir à 67 M$, soit une hausse de 3 % comparativement à la période correspondante de l'exercice précédent, en raison de l'augmentation des souscriptions enregistrées par notre réseau de distribution exclusif. Les souscriptions de produits individuels de gestion de patrimoine ont augmenté de 4 % comparativement au premier trimestre de 2014 en raison des fortes souscriptions de titres d'organismes de placement collectif, partiellement contrebalancées par la diminution des souscriptions de produits garantis et de produits à revenu fixe, partiellement attribuable à la faiblesse persistante des taux d'intérêt. Les souscriptions réalisées par Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. (« PMSL ») ont affiché une forte croissance, les souscriptions brutes ayant totalisé 811 M$, soit une augmentation de 41 % par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent.

Les nouvelles souscriptions enregistrées par la Division des régimes collectifs de retraite (les « RCR ») ont augmenté pour atteindre 5,7 G$, principalement en raison d'un contrat d'assurance longévité record de 5,3 G$ conclu sur le marché des grandes entreprises avec BCE Inc. par le secteur des Solutions prestations déterminées, dont une partie importante a été réassurée auprès d'un groupe de réassureurs. Les souscriptions de produits de continuité liés à la retraite enregistrées par les RCR ont augmenté de 24 % comparativement à la période correspondante de l'exercice précédent, en partie en raison de l'augmentation des versements moyens effectués par les participants. Les souscriptions enregistrées par les GC ont reculé de 3 % comparativement à la période correspondante de l'exercice précédent, principalement en raison du moment où les souscriptions ont été réalisées sur le marché des grandes entreprises.

FSL États-Unis
La FSL États-Unis se compose de trois divisions : les Garanties collectives, la division International et la Gestion des affaires en vigueur. Les Garanties collectives offrent aux employeurs et aux employés des solutions d'assurance qui comprennent des produits collectifs d'assurance-vie, d'assurance-invalidité, d'assurance-maladie en excédent de pertes et d'assurance dentaire, ainsi qu'une gamme de produits de garanties facultatives. La division International offre pour sa part des produits individuels d'assurance-vie et de gestion de patrimoine à des clients fortunés sur les marchés internationaux, tandis que la Gestion des affaires en vigueur comprend certains produits de notre portefeuille fermé d'assurance-vie individuelle, soit principalement l'assurance-vie universelle et l'assurance-vie entière avec participation.



Résultats trimestriels

(en millions de dollars américains)

T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14

Bénéfice net sous-jacent (perte nette sous- jacente)1

65


9


45


101


85


Incidence des marchés

8


16


(6)


(13)


(34)


Modifications des hypothèses et mesures de la direction

(54)


121


(42)


4


19

Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette)1

19


146


(3)


92


70

Bénéfice net déclaré (perte nette déclarée)

19


146


(3)


92


70

Rendement des capitaux propres sous-jacent (%)1

9,7


1,3


6,8


15,1


12,0

Rendement d'exploitation des capitaux propres (%)1

2,8


22,0


(0,4)


13,7


9,9

Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette) par division1







Garanties collectives1

38


(64)


(11)


3


17


Division International1

2


78


33


36


14


Gestion des affaires en vigueur1

(21)


132


(25)


53


39

Bénéfice d'exploitation net total (perte d'exploitation nette totale)1

19


146


(3)


92


70







(en millions de dollars canadiens)






Bénéfice net sous-jacent (perte nette sous- jacente)1

81


13


48


111


94

Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette)1

35


168


(4)


100


77

Bénéfice net déclaré (perte nette déclarée)

35


168


(4)


100


77












1.

Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Se reporter aux rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

Comparaison entre le T1 2015 et le T1 2014
Le bénéfice net déclaré et le bénéfice d'exploitation net de la FSL États-Unis se sont chiffrés à 35 M$ CA au premier trimestre de 2015, comparativement à 77 M$ CA au premier trimestre de 2014. Il n'y a eu aucun ajustement du bénéfice d'exploitation net de la FSL États-Unis en 2015 ou en 2014. Le bénéfice net sous-jacent s'est chiffré à 81 M$ CA, comparativement à 94 M$ CA au premier trimestre de 2014. La dépréciation du dollar canadien au premier trimestre de 2015 par rapport aux taux de change moyens du premier trimestre de 2014 a eu pour effet d'augmenter le bénéfice d'exploitation net de 4 M$.

Exprimés en dollars américains, le bénéfice net déclaré et le bénéfice d'exploitation net de la FSL États-Unis se sont chiffrés à 19 M$ US au premier trimestre de 2015, comparativement à 70 M$ US au premier trimestre de 2014. Le bénéfice d'exploitation sous-jacent s'est chiffré à 65 M$ US au premier trimestre de 2015, comparativement à 85 M$ US au premier trimestre de 2014. Le bénéfice net sous-jacent exclut du bénéfice d'exploitation net l'incidence des marchés ainsi que les modifications des hypothèses et les mesures de la direction, qui sont présentées dans le tableau ci-dessus. L'incidence favorable des marchés au premier trimestre de 2015 est principalement attribuable aux variations des taux d'intérêt, alors que l'incidence défavorable observée au premier trimestre de 2014 était principalement attribuable aux taux d'intérêt. L'incidence défavorable des modifications apportées aux hypothèses et des mesures prises par la direction en 2015 est principalement attribuable à une révision des passifs relatifs aux contrats d'assurance liés à certains produits d'assurance-vie universelle.

Le bénéfice net du premier trimestre de 2015 reflète également les résultats favorables enregistrés au chapitre de la morbidité et de la mortalité par les Garanties collectives ainsi que les profits nets réalisés à la vente d'actifs disponibles à la vente, partiellement contrebalancés par les résultats défavorables enregistrés au chapitre de la mortalité et des comportements des titulaires de contrat par la Gestion des affaires en vigueur.

Le bénéfice net du premier trimestre de 2014 reflétait également les profits nets réalisés à la vente d'actifs disponibles à la vente, partiellement contrebalancés par les résultats défavorables enregistrés au chapitre de la mortalité par les Garanties collectives et la Gestion des affaires en vigueur.

Les souscriptions enregistrées par les Garanties collectives ont diminué de 11 % au premier trimestre de 2015 par rapport au premier trimestre de 2014, reflétant l'incidence des hausses de prix. Les souscriptions d'assurance-maladie en excédent de pertes enregistrées par les Garanties collectives ont augmenté de 21 %.

Les souscriptions enregistrées par la division International ont diminué de 33 % par rapport au premier trimestre de 2014, étant donné que nous avons maintenu notre rigueur en matière d'établissement des prix afin de réagir à la faiblesse des taux d'intérêt et que nous avons continué à recentrer nos activités de marketing et de distribution afin de nous concentrer sur certaines régions, certains distributeurs et certains segments de clientèle.

MFS Investment Management
La MFS est une société de gestion d'actif d'envergure mondiale qui offre une gamme complète de produits et de services. Forte de son héritage en matière de placement axé sur la collaboration et l'intégrité, la MFS gère activement des actifs de particuliers et d'investisseurs institutionnels à l'échelle mondiale au moyen d'organismes de placement collectif, de fonds mis en commun, de fonds gérés séparément pour le compte de clients, de produits pour clients institutionnels et de stratégies de retraite.


Résultats trimestriels

(en millions de dollars américains)

T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14


Bénéfice net sous-jacent1

135


137


154


133


133


Bénéfice d'exploitation net1

135


137


154


133


133



Ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions

(16)


--


(28)


(40)


(46)


Bénéfice net déclaré

119


137


126


93


87













(en millions de dollars canadiens)











Bénéfice net sous-jacent1

168


156


168


145


147


Bénéfice d'exploitation net1

168


156


168


145


147



Ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions

(20)


1


(31)


(44)


(51)


Bénéfice net déclaré

148


157


137


101


96


Ratio de la marge d'exploitation avant impôt2

40

%

39

%

43

%

40

%

42

%

Actif net moyen (en milliards de dollars américains)2

436,4


427,3


434,7


427,9


412,0


Actif géré (en milliards de dollars américains)2, 3

441,4


431,0


424,8


438,6


420,6


Souscriptions brutes (en milliards de dollars américains)2

22,8


20,5


20,1


19,5


22,4


Souscriptions nettes (en milliards de dollars américains)2

(0,2)


(1,9)


(2,0)


1,4


3,7


Augmentation (perte) de valeur de l'actif (en milliards de dollars américains)

10,6


8,1


(11,8)


16,6


4,1


Indice S&P 500 (moyenne quotidienne)

2 064


2 012


1 977


1 879


1 834


Indice MSCI EAFE (moyenne quotidienne)

1 817


1 795


1 924


1 942


1 894


1.

Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS qui excluent les ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS. Se reporter aux rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

2.

Le ratio de la marge d'exploitation avant impôt, l'actif géré, l'actif net moyen et les souscriptions sont des mesures financières non définies par les IFRS. Se reporter à la rubrique « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

3.

La MFS présente des renseignements mensuels sur son actif géré à la rubrique « Corporate Fact Sheet » qu'on peut consulter sous le lien « About MFS » du site Web www.mfs.com/wps/portal.

Comparaison entre le T1 2015 et le T1 2014
Le bénéfice net déclaré de la MFS s'est chiffré à 148 M$ CA au premier trimestre de 2015, comparativement à 96 M$ CA au premier trimestre de 2014. La MFS a enregistré un bénéfice d'exploitation net et un bénéfice net sous-jacent de 168 M$ CA au premier trimestre de 2015, comparativement à 147 M$ CA au premier trimestre de 2014. Le bénéfice d'exploitation net et le bénéfice net sous-jacent de la MFS excluent l'incidence des ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions, lesquels sont présentés dans le tableau ci­dessus. La dépréciation du dollar canadien au premier trimestre de 2015 par rapport aux taux de change moyens du premier trimestre de 2014 a eu pour effet d'augmenter le bénéfice d'exploitation net de 19 M$.

Exprimé en dollars américains, le bénéfice net déclaré de la MFS s'est établi à 119 M$ US au premier trimestre de 2015, comparativement à 87 M$ US au premier trimestre de 2014. Le bénéfice d'exploitation net et le bénéfice net sous-jacent se sont chiffrés à 135 M$ US au premier trimestre de 2015, comparativement à 133 M$ US au premier trimestre de 2014.

Le bénéfice net a augmenté au premier trimestre de 2015 comparativement à la période correspondante de 2014, principalement en raison de la hausse de l'actif net moyen, partiellement contrebalancée par l'augmentation des charges de publicité ainsi que par les investissements que nous avons continué de faire dans notre infrastructure technologique. Le ratio de la marge opérationnelle avant impôt de la MFS s'est chiffré à 40 % au premier trimestre de 2015, comparativement à 42 % au premier trimestre de 2014.

Le total de l'actif géré a augmenté pour s'établir à 441,4 G$ US au 31 mars 2015, comparativement à 431,0 G$ US au 31 décembre 2014. L'augmentation de 10,4 G$ US est principalement attribuable aux souscriptions brutes de 22,8 G$ US et à l'augmentation de valeur de l'actif de 10,6 G$ US, partiellement contrebalancées par les rachats de 23,0 G$ US. Au 31 mars 2015, 83 %, 95 % et 97 % de l'actif des fonds offerts aux particuliers se classait dans la moitié supérieure de leurs catégories Lipper pour ce qui est du rendement sur 3, 5 et 10 ans, respectivement.

FSL Asie
La FSL Asie exerce ses activités par l'intermédiaire de filiales aux Philippines, à Hong Kong et en Indonésie, et par l'entremise de coentreprises formées avec des partenaires locaux aux Philippines, en Indonésie, au Vietnam, en Malaisie, en Chine et en Inde. Nous offrons des produits d'assurance-vie individuelle sur ces sept marchés, ainsi que des produits d'assurance collective et des produits de rentes et de retraite aux Philippines, en Chine, à Hong Kong, en Inde, en Malaisie et au Vietnam. Nous avons également mis sur pied des sociétés de gestion d'actif, directement ou par l'entremise de coentreprises, aux Philippines, en Chine et en Inde. Nous distribuons ces produits d'assurance et de gestion de patrimoine aux particuliers ayant un revenu moyen ou élevé, ainsi qu'aux membres de groupes d'affinités et d'autres groupes, au moyen de divers canaux de distribution.



Résultats trimestriels

(en millions de dollars)

T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14

Bénéfice net sous-jacent (perte nette sous- jacente)1

62


50


48


39


37


Incidence des marchés

10


(8)


3


(1)


(6)


Modifications des hypothèses et mesures de la direction

(4)


20


--


(1)


1

Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette)1

68


62


51


37


32

Bénéfice net déclaré (perte nette déclarée)

68


62


51


37


32

Rendement des capitaux propres sous-jacent (%)1

7,7


6,8


7,1


6,1


6,0

Rendement d'exploitation des capitaux propres (%)1

8,6


8,4


7,5


5,8


5,1











1.

Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Se reporter aux rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

Comparaison entre le T1 2015 et le T1 2014
Le bénéfice net déclaré et le bénéfice d'exploitation net de la FSL Asie se sont chiffrés à 68 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 32 M$ au premier trimestre de 2014. Il n'y a eu aucun ajustement du bénéfice d'exploitation net de la FSL Asie en 2015 ou en 2014. La dépréciation du dollar canadien au premier trimestre de 2015 par rapport aux taux de change moyens du premier trimestre de 2014 a eu pour effet d'augmenter le bénéfice d'exploitation net de 7 M$.

Le bénéfice net sous-jacent s'est chiffré à 62 M$, comparativement à 37 M$ au premier trimestre de 2014. Le bénéfice net sous-jacent exclut du bénéfice d'exploitation net l'incidence des marchés ainsi que les modifications des hypothèses et les mesures de la direction, qui sont présentées dans le tableau ci-dessus. L'incidence favorable des marchés au premier trimestre de 2015 est principalement attribuable à la tenue des marchés des actions, partiellement contrebalancée par les taux d'intérêt, alors que l'incidence défavorable observée au premier trimestre de 2014 était principalement attribuable aux taux d'intérêt, partiellement contrebalancés par les marchés des actions.

Le bénéfice net du premier trimestre de 2015, en comparaison avec celui du premier trimestre de 2014, reflète également la croissance des affaires et les profits nets réalisés sur les titres disponibles à la vente en 2015, tandis que le bénéfice net du premier trimestre de 2014 reflétait une perte nette sur les titres disponibles à la vente.

Le total des souscriptions d'assurance individuelle réalisées au premier trimestre de 2015 a augmenté de 28 % comparativement au premier trimestre de 2014, en raison de la croissance enregistrée sur tous les marchés, à l'exception de la Chine et de l'Inde, et de l'incidence favorable du change. Les souscriptions exprimées en monnaie locale ont augmenté respectivement de 43 %, 15 % et 22 % aux Philippines, en Indonésie et à Hong Kong.

Organisation internationale
L'Organisation internationale comprend la FSL Royaume-Uni et les Services de soutien généraux. Les Services de soutien généraux englobent les activités liées à notre portefeuille fermé de réassurance, ainsi que les produits tirés des placements, les charges, le capital et les autres éléments qui n'ont pas été attribués à nos autres secteurs. La FSL Royaume-Uni a un portefeuille fermé qui n'accepte plus d'affaires nouvelles et se concentre plutôt sur l'offre de services aux clients existants.



Résultats trimestriels

(en millions de dollars)

T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14

Bénéfice net sous-jacent (perte nette sous- jacente)1

4


(40)


16


9


(48)


Incidence des marchés

28


23


(18)


(4)


5


Modifications des hypothèses et mesures de la direction

8


19


15


4


3

Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette)1

40


2


13


9


(40)


Coûts de restructuration et autres coûts connexes

--


(4)


(3)


(11)


(8)

Bénéfice net déclaré (perte nette déclarée)

40


(2)


10


(2)


(48)

Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette) par division1







FSL Royaume-Uni1

71


65


44


37


28


Services de soutien généraux1

(31)


(63)


(31)


(28)


(68)

Bénéfice d'exploitation net total (perte d'exploitation nette totale)1

40


2


13


9


(40)











1.

Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Se reporter aux rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

Comparaison entre le T1 2015 et le T1 2014
Le bénéfice net déclaré de l'Organisation internationale s'est chiffré à 40 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à une perte nette déclarée de 48 M$ au premier trimestre de 2014. Le bénéfice d'exploitation net s'est établi à 40 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à une perte d'exploitation nette de 40 M$ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice d'exploitation net (la perte d'exploitation nette) exclut les coûts de restructuration et autres coûts connexes, qui sont présentés dans le tableau ci-dessus.

Le bénéfice net sous-jacent s'est établi à 4 M$, comparativement à une perte nette sous-jacente de 48 M$ pour le premier trimestre de 2014. Le bénéfice net sous-jacent exclut du bénéfice d'exploitation net l'incidence des marchés ainsi que les modifications des hypothèses et les mesures de la direction, qui sont présentées dans le tableau ci-dessus. L'incidence favorable des marchés au premier trimestre de 2015 est principalement attribuable aux variations des écarts de swap et des taux d'intérêt, partiellement contrebalancées par les marchés des actions, alors que l'incidence favorable observée au premier trimestre de 2014 était principalement attribuable aux taux d'intérêt et aux marchés des actions.

Le bénéfice d'exploitation net de la FSL Royaume-Uni s'est établi à 71 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 28 M$ pour le premier trimestre de 2014. Le bénéfice net de la FSL Royaume-Uni pour le premier trimestre de 2015 reflète l'incidence favorable des marchés attribuable aux variations des écarts de swap et des taux d'intérêt, partiellement contrebalancées par les marchés des actions. Le bénéfice net du premier trimestre de 2014 reflétait l'incidence défavorable des activités de placement liées aux rentes, ainsi que les résultats défavorables enregistrés au chapitre des déchéances, partiellement contrebalancés par les résultats favorables enregistrés au chapitre du crédit.

Les Services de soutien généraux ont enregistré une perte d'exploitation nette de 31 M$ au premier trimestre de 2015, comparativement à une perte d'exploitation nette de 68 M$ au premier trimestre de 2014. La diminution de la perte s'explique par les résultats favorables de notre portefeuille fermé de réassurance, par la baisse des charges d'intérêts découlant de la réduction des titres de créance subordonnés, par la diminution des dividendes privilégiés découlant de la réduction des actions privilégiées, par les avantages fiscaux, ainsi que par l'incidence des charges plus élevées au premier trimestre de 2014.

Information financière supplémentaire

Produits


Résultats trimestriels

(en millions de dollars)

T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14

Primes







Montant brut

3 723


4 023


4 080


3 758


3 638


Primes cédées

(1 516)


(1 322)


(1 385)


(1 386)


(1 410)

Produits tirés des primes nets

2 207


2 701


2 695


2 372


2 228

Produits nets tirés des placements







Intérêts et autres produits tirés des placements

1 279


1 258


1 265


1 230


1 188


Variations de la juste valeur et des taux de change touchant les actifs et les passifs

2 495


2 196


495


1 560


1 921


Profits nets (pertes nettes) sur les actifs disponibles à la vente

96


49


48


48


57

Produits tirés des honoraires

1 255


1 171


1 111


1 105


1 066

Total des produits

7 332


7 375


5 614


6 315


6 460

Produits ajustés1

5 715


6 261


6 280


5 900


5 700

1.

Cet élément constitue une mesure financière non définie par les IFRS qui exclut des produits l'incidence de l'ajustement au titre du change, de l'ajustement au titre de la juste valeur et de l'ajustement au titre de la réassurance aux GC de la FSL Canada, comme le décrivent les rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

Les produits se sont chiffrés à 7,3 G$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 6,5 G$ pour le premier trimestre de 2014. L'augmentation est principalement attribuable aux profits nets liés aux variations de la juste valeur des actifs et des passifs à la juste valeur par le biais du résultat net, à l'incidence du change liée à la dépréciation du dollar canadien, à la hausse des produits tirés des honoraires à la MFS, et à l'augmentation des produits nets tirés des placements. Les profits nets sur les actifs disponibles à la vente se sont accrus de 39 M$, résultat qui a été contrebalancé dans les produits nets tirés des placements par l'incidence des couvertures connexes. La dépréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens du premier trimestre de 2014 est venue augmenter les produits de 377 M$. Les produits ajustés se sont chiffrés à 5,7 G$ au premier trimestre de 2015, soit un résultat en grande partie inchangé par rapport au premier trimestre de 2014.

Primes et versements


Résultats trimestriels

(en millions de dollars)

T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14

Produits tirés des primes nets

2 207


2 701


2 695


2 372


2 228

Versements liés aux fonds distincts

2 411


2 155


1 907


2 611


2 576

Souscriptions de titres d'organismes de placement collectif1

22 124


17 071


14 714


16 267


18 567

Souscriptions de parts de fonds gérés1

8 243


7 988


8 170


6 131


7 579

Équivalents de primes et de versements SAS1

1 769


1 855


1 638


1 495


1 760

Total des primes et versements1

36 754


31 770


29 124


28 876


32 710

Total des primes et versements ajustés1, 2

34 426


32 141


30 554


30 232


33 871

1.

Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Se reporter aux rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

2.

Cet élément constitue une mesure financière non définie par les IFRS qui exclut des primes et versements l'incidence de l'ajustement au titre du change et de l'ajustement au titre de la réassurance aux GC de la FSL Canada, comme le décrivent les rubriques « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » et « Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS ».

Les primes et versements se sont élevés à 36,8 G$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 32,7 G$ pour le premier trimestre de 2014, en raison principalement de l'incidence favorable du change. La dépréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens du premier trimestre de 2014 est venue augmenter le total des primes et versements d'environ 3,5 G$. Le total des primes et versements ajustés s'est établi à 34,4 G$ au premier trimestre de 2015, en hausse de 0,6 G$ par rapport au premier trimestre de 2014. L'augmentation est principalement attribuable à la hausse des souscriptions de titres d'organismes de placement collectif à la MFS, en Inde et à la FSL Canada, partiellement contrebalancée par la baisse des souscriptions de parts de fonds gérés à la MFS, par la diminution des produits tirés des primes nets de la division International à la FSL États‑Unis, et par la diminution des versements liés aux fonds distincts à la FSL Canada.

Les produits tirés des primes nets, soit le montant brut des primes moins le montant des primes cédées aux réassureurs, se sont chiffrés à 2,2 G$ au premier trimestre de 2015, en légère baisse par rapport au premier trimestre de 2014. La diminution est principalement imputable à la baisse enregistrée par la division International à la FSL États-Unis, contrebalancée en partie par l'incidence favorable du change et par la hausse des produits tirés des primes nets à la FSL Asie.

Les versements liés aux fonds distincts se sont chiffrés à 2,4 G$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 2,6 G$ pour le premier trimestre de 2014. La diminution tient en grande partie aux baisses enregistrées aux RCR de la FSL Canada, contrebalancées en partie par les augmentations enregistrées aux Philippines par la FSL Asie.

Les souscriptions de titres d'organismes de placement collectif ont augmenté de 3,6 G$ par rapport au premier trimestre de 2014, en raison de l'incidence favorable du change et de l'accroissement des souscriptions à la MFS et en Inde. Les souscriptions de parts de fonds gérés ont augmenté de 0,7 G$ au premier trimestre de 2015 comparativement au premier trimestre de 2014, en raison principalement de l'incidence favorable du change.

Les équivalents de primes et de versements SAS se sont chiffrés à 1,8 G$ au premier trimestre de 2015, soit un résultat en grande partie inchangé par rapport au premier trimestre de 2014.

Souscriptions
À la FSL Canada, les souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie comprennent les souscriptions d'assurance individuelle et de garanties collectives; les souscriptions de produits de gestion de patrimoine comprennent les souscriptions de produits individuels de gestion de patrimoine et les souscriptions enregistrées par les RCR. À la FSL États-Unis, les souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie comprennent les souscriptions des Garanties collectives et les souscriptions d'assurance-vie individuelle de la division International; les souscriptions de produits de gestion de patrimoine comprennent les souscriptions de produits de placement de la division International. À la FSL Asie, les souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie comprennent les souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie individuelles et collectives des filiales en copropriété exclusive et des coentreprises, en fonction de notre pourcentage de participation, aux Philippines, à Hong Kong, en Indonésie, en Inde, en Chine, en Malaisie et au Vietnam; les souscriptions de produits de gestion de patrimoine comprennent les souscriptions de produits de gestion de patrimoine à Hong Kong, les souscriptions de titres d'organismes de placement collectif aux Philippines, les souscriptions de produits de gestion de patrimoine enregistrées par les compagnies d'assurance en Inde et en Chine, et les souscriptions de la Birla Sun Life Asset Management Company au chapitre des organismes de placement collectif d'actions et de titres à revenu fixe, en fonction de notre pourcentage de participation.

(en millions de dollars)

T1 15


T1 14

Souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie1





FSL Canada

234


237


FSL États-Unis

85


96


FSL Asie

129


102

Total des souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie

448


435

Souscriptions de produits de gestion de patrimoine1





FSL Canada

2 796


4 213


FSL États-Unis

164


211


FSL Asie

2 188


1 350

Total des souscriptions de produits de gestion de patrimoine excluant la MFS

5 148


5 774


Souscriptions - MFS

28 236


24 641

Total des souscriptions de produits de gestion de patrimoine

33 384


30 415

Souscription d'assurance longévité dans le marché des grandes entreprises1, 2 - FSL Canada

5 260


--

1.

Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Consulter la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS ».

2.

Cet élément représente le transfert du risque de longévité relatif au régime de retraite de Bell Canada, qui fait partie de BCE Inc.

Au premier trimestre de 2015, les souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie se sont chiffrées à 448 M$ pour l'ensemble de la Compagnie, comparativement à 435 M$ pour la période correspondante de l'exercice précédent.

  • Les souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie de la FSL Canada se sont chiffrées à 234 M$ pour le premier trimestre de 2015, en légère baisse comparativement au premier trimestre de 2014.
  • Les souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie de la FSL États-Unis se sont chiffrées à 85 M$ pour le premier trimestre de 2015, comparativement à 96 M$ pour le premier trimestre de 2014, en raison principalement de la diminution des souscriptions d'assurance individuelle de la division International, contrebalancée en partie par l'incidence favorable du change.
  • Les souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie de la FSL Asie se sont chiffrées à 129 M$ pour le premier trimestre de 2015, comparativement à 102 M$ pour le premier trimestre de 2014, en raison de la croissance enregistrée dans toutes les régions sauf l'Inde, et de l'incidence favorable du change de 13 M$.

Au premier trimestre de 2015, les souscriptions de produits de gestion de patrimoine se sont chiffrées à 33,4 G$ pour l'ensemble de la Compagnie, comparativement à 30,4 G$ pour le premier trimestre de 2014.

  • Les souscriptions de produits de gestion de patrimoine de la FSL Canada se sont chiffrées à 2,8 G$ pour le premier trimestre de 2015, comparativement à 4,2 G$ pour le premier trimestre de 2014, principalement en raison de la diminution des souscriptions réalisées par les RCR.
  • Les souscriptions de produits de gestion de patrimoine de la FSL États-Unis se sont chiffrées à 164 M$ pour le premier trimestre de 2015, comparativement à 211 M$ pour le premier trimestre de 2014, en raison de la diminution des souscriptions de produits de placement pour la division International, contrebalancée en partie par l'incidence favorable du change.
  • Les souscriptions de produits de gestion de patrimoine de la FSL Asie se sont chiffrées à 2,2 G$ pour le premier trimestre de 2015, comparativement à 1,4 G$ pour le premier trimestre de 2014, principalement en raison de l'augmentation des souscriptions de parts de fonds en Inde et en Chine, et de l'incidence favorable du change.
  • Les souscriptions brutes de la MFS se sont chiffrées à 28,2 G$ au premier trimestre de 2015, comparativement à 24,6 G$ pour le premier trimestre de 2014, principalement en raison de la hausse des souscriptions de titres d'organismes de placement collectif et de l'incidence favorable du change.

Actif géré
L'actif géré est constitué du fonds général, des fonds distincts et des autres éléments de l'actif géré. Les autres éléments de l'actif géré comprennent les organismes de placement collectif et les fonds gérés, qui sont composés d'actifs institutionnels et d'autres actifs de tiers dont la gestion est assurée par la Compagnie.

L'actif géré totalisait 812,6 G$ au 31 mars 2015, comparativement à 734,4 G$ au 31 décembre 2014. L'augmentation de 78,2 G$ de l'actif géré enregistrée entre le 31 décembre 2014 et le 31 mars 2015 s'explique principalement par les facteurs suivants :

i)

une augmentation de 53,4 G$ découlant de la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises comparativement aux taux de change de la période précédente;

ii)

des fluctuations favorables du marché de 18,5 G$, qui ont influé sur la valeur des titres d'organismes de placement collectif et de parts de fonds gérés et de fonds distincts;

iii)

une augmentation de 2,5 G$ découlant de la variation de la valeur des actifs et des passifs à la juste valeur par le biais du résultat net;

iv)

une croissance des autres affaires de 2,8 G$;

v)

des souscriptions nettes de titres d'organismes de placement collectif et de parts de fonds gérés et de fonds distincts de 1,0 G$.

Changements aux états de la situation financière et aux capitaux propres attribuables aux actionnaires
L'actif total du fonds général se chiffrait à 148,7 G$ au 31 mars 2015, comparativement à 139,4 G$ au 31 décembre 2014. L'augmentation de l'actif du fonds général par rapport au 31 décembre 2014 est principalement attribuable à des variations favorables de change de 5,0 G$, à une hausse de 2,5 G$ découlant de la variation de la valeur des actifs et des passifs à la juste valeur par le biais du résultat net, et à la croissance des affaires de 1,8 G$.

Les passifs relatifs aux contrats d'assurance (excluant les autres passifs et actifs relatifs aux contrats) se chiffraient à 101,8 G$ au 31 mars 2015, en hausse de 6,6 G$ par rapport au 31 décembre 2014, principalement en raison de la variation des soldes liés aux contrats en vigueur (incluant la variation de la juste valeur des actifs à la juste valeur par le biais du résultat net soutenant les passifs relatifs aux contrats d'assurance), des fluctuations des taux de change et des soldes liés aux nouveaux contrats.

Les capitaux propres attribuables aux actionnaires, qui comprennent les actions privilégiées, se chiffraient à 19,8 G$ au 31 mars 2015, comparativement à 18,7 G$ au 31 décembre 2014. Cette augmentation résulte principalement de ce qui suit :

i)

un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 467 M$ au premier trimestre de 2015, avant les dividendes privilégiés de 26 M$;

ii)

une augmentation de 767 M$ découlant de la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises;

iii)

des profits latents nets sur les actifs disponibles à la vente de 170 M$ comptabilisés dans les autres éléments du résultat global;

iv)

le produit de 21 M$ provenant de l'émission d'actions ordinaires dans le cadre du régime canadien de réinvestissement des dividendes et d'achat d'actions, et un montant de 20 M$ découlant des options sur actions exercées. Ces facteurs ont été partiellement contrebalancés par

v)

des dividendes de 221 M$ versés sur les actions ordinaires;

vi)

le rachat d'actions ordinaires d'un montant de 120 M$;

vii)

la variation de 46 M$ des passifs au titre des régimes à prestations déterminées.

Au 24 avril 2015, il y avait 612,1 millions d'actions ordinaires et 92,2 millions d'actions privilégiées de la Financière Sun Life inc. en circulation.

Flux de trésorerie




Résultats trimestriels

(en millions de dollars)


T1 15


T1 14

Trésorerie et équivalents de trésorerie nets, au début


3 364


3 324

Flux de trésorerie liés aux activités suivantes :






Activités d'exploitation


890


167


Activités d'investissement


(36)


(4)


Activités de financement


(346)


(906)

Variations attribuables aux fluctuations des taux de change


209


91

Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie


717


(652)

Trésorerie et équivalents de trésorerie nets, à la fin

4 081


2 672

Titres à court terme, à la fin


2 486


3 261

Trésorerie et équivalents de trésorerie nets et titres à court terme, à la fin


6 567


5 933

À la clôture du premier trimestre de 2015, le montant net de la trésorerie et des équivalents de trésorerie et les titres à court terme totalisaient 6,6 G$, comparativement à 5,9 G$ à la clôture du premier trimestre de 2014.

Les activités d'exploitation de la Compagnie génèrent des flux de trésorerie qui comprennent les produits tirés des primes nets, les produits nets tirés des placements, les produits tirés des honoraires et les ventes de placements. Elles constituent la principale source de fonds utilisée aux fins des règlements et prestations versés aux titulaires de contrat, des commissions, des charges d'exploitation et de l'acquisition de placements. Les flux de trésorerie affectés aux activités d'investissement comprennent principalement les transactions liées aux entreprises associées et aux coentreprises. Les flux de trésorerie affectés aux activités de financement reflètent en grande partie les opérations sur capitaux propres, y compris les dividendes, l'émission et le rachat d'actions, ainsi que l'émission et le retrait d'instruments de créance et d'actions privilégiées.

Le fait que les flux de trésorerie affectés aux activités de financement aient été plus élevés au premier trimestre de 2014 qu'au premier trimestre de 2015 s'explique en grande partie par le remboursement de titres de créance subordonnés.

Impôt sur le résultat
Au premier trimestre de 2015, nos taux d'imposition effectifs sur le bénéfice net déclaré et sur le bénéfice d'exploitation net se sont établis à 17,1 % et 17,6 %, respectivement. Généralement, notre taux d'imposition effectif est inférieur au taux de 26,5 % prévu par la loi en raison de divers avantages fiscaux durables, principalement des produits tirés des placements exonérés d'impôt, qui devraient normalement ramener notre taux d'imposition effectif à une fourchette de 18 % à 22 %.

Le taux d'imposition effectif calculé sur le bénéfice d'exploitation exclut les sommes attribuables aux titulaires de contrat avec participation et les éléments hors exploitation.

Résultats financiers trimestriels
Le tableau ci-dessous présente un sommaire de nos résultats pour les huit trimestres les plus récents. Une analyse plus détaillée des résultats trimestriels historiques figure dans nos rapports de gestion intermédiaires et annuels pour les périodes visées.


Résultats trimestriels

(en millions de dollars, sauf indication contraire)

T1 15


T4 14


T3 14


T2 14


T1 14


T4 13


T3 13


T2 13

Bénéfice net (perte nette)

















Bénéfice d'exploitation1

446


511


467


488


454


642


422


431


Bénéfice déclaré

441


502


435


425


400


571


324


391


Bénéfice sous-jacent1

516


360


517


499


440


375


448


373

Bénéfice dilué par action
(en dollars)

















Bénéfice d'exploitation1

0,73


0,83


0,76


0,80


0,74


1,05


0,69


0,71


Bénéfice déclaré

0,72


0,81


0,71


0,69


0,65


0,93


0,53


0,64


Bénéfice sous-jacent1

0,84


0,59


0,84


0,81


0,72


0,61


0,74


0,62

Bénéfice de base par action
(en dollars)

















Bénéfice déclaré

0,72


0,82


0,71


0,70


0,66


0,94


0,53


0,65

Bénéfice d'exploitation net

(perte d'exploitation nette)
par secteur1

















FSL Canada1

135


123


239


197


238


137


215


210


FSL États-Unis1

35


168


(4)


100


77


341


105


126


MFS1

168


156


168


145


147


156


120


104


FSL Asie1

68


62


51


37


32


42


18


46


Organisation internationale1

40


2


13


9


(40)


(34)


(36)


(55)

Bénéfice d'exploitation net total

(perte d'exploitation nette totale)1

446


511


467


488


454


642


422


431


1. Ces éléments constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Consulter la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS ».

Quatrième trimestre de 2014
Le bénéfice d'exploitation net de 511 M$ enregistré au quatrième trimestre de 2014 reflète l'incidence favorable des modifications des hypothèses et des mesures de la direction ainsi que les profits tirés des activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par l'incidence défavorable des variations des taux d'intérêt, ainsi que des résultats enregistrés au chapitre de la mortalité et de la morbidité, des déchéances et autres comportements des titulaires de contrat et des charges, lesquelles incluent principalement des charges liées à la rémunération et d'autres coûts saisonniers.

Troisième trimestre de 2014
Le bénéfice d'exploitation net de 467 M$ pour le troisième trimestre de 2014 reflète l'incidence favorable des profits tirés des activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance, l'incidence favorable des résultats enregistrés au chapitre du crédit, les avantages fiscaux et la croissance des affaires. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par l'incidence défavorable des variations des taux d'intérêt ainsi que par les résultats défavorables enregistrés au chapitre de la mortalité et de la morbidité et des charges.

Deuxième trimestre de 2014
Le bénéfice d'exploitation net de 488 M$ pour le deuxième trimestre de 2014 reflète l'incidence favorable des marchés des actions, les profits tirés des activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance, les résultats favorables enregistrés au chapitre du crédit et la croissance des affaires, contrebalancés par l'incidence défavorable des taux d'intérêt nets et des résultats enregistrés au chapitre de la morbidité et des charges.

Premier trimestre de 2014
Le bénéfice d'exploitation net de 454 M$ pour le premier trimestre de 2014 reflète l'incidence favorable des marchés des actions, les profits tirés des activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance et les résultats favorables enregistrés au chapitre du crédit, contrebalancés par l'incidence défavorable des taux d'intérêt nets et des résultats enregistrés au chapitre de la mortalité et de la morbidité, des déchéances et des autres comportements des titulaires de contrat, ainsi que des charges.

Quatrième trimestre de 2013
Le bénéfice d'exploitation net de 642 M$ enregistré au quatrième trimestre de 2013 reflète un bénéfice de 290 M$ découlant d'une mesure de la direction touchant la restructuration d'une entente de réassurance interne. Le bénéfice net reflète également les incidences favorables des marchés des actions, des variations des taux d'intérêt et des écarts de swap, ainsi que des variations positives de la juste valeur des biens immobiliers. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par le risque de corrélation et les variations des écarts de taux défavorables. Les activités de placement liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance et les résultats enregistrés au chapitre du crédit ont été largement contrebalancés par les résultats défavorables enregistrés au chapitre des charges, principalement composées de coûts saisonniers, des déchéances et des autres comportements des titulaires de contrat, ainsi que de la mortalité et de la morbidité.

Troisième trimestre de 2013
Le bénéfice d'exploitation net s'est établi à 422 M$ pour le troisième trimestre de 2013. Le bénéfice net du troisième trimestre de 2013 reflète l'incidence favorable de l'amélioration des marchés des actions et des taux d'intérêt ainsi que les profits tirés des modifications des hypothèses découlant des fluctuations des marchés financiers. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par l'incidence défavorable du risque de corrélation ainsi que des variations des écarts de taux et des écarts de swap. Les modifications apportées aux hypothèses non liées aux marchés financiers et les mesures prises par la direction au cours du trimestre ont entraîné l'imputation au résultat d'une charge de 111 M$.

Deuxième trimestre de 2013
Le bénéfice d'exploitation net s'est établi à 431 M$ pour le deuxième trimestre de 2013. Le bénéfice net du deuxième trimestre de 2013 reflète les incidences favorables des fluctuations des taux d'intérêt et des variations des écarts de taux. Ces profits ont été contrebalancés en partie par l'incidence défavorable de la diminution des taux de réinvestissement présumés des placements à revenu fixe liés aux passifs relatifs aux contrats d'assurance ainsi que par l'incidence défavorable des marchés des actions et des variations des écarts de swap. L'incidence favorable des résultats enregistrés au chapitre du crédit, de la mortalité et de la morbidité a été partiellement contrebalancée par les déchéances et les autres comportements des titulaires de contrat, ainsi que par d'autres facteurs influant sur les résultats.

Placements
Le total de nos placements liés au fonds général se chiffrait à 133,1 G$ au 31 mars 2015, comparativement à 125,2 G$ au 31 décembre 2014. Cette augmentation de 7,9 G$ est principalement attribuable aux variations favorables de la juste valeur et aux variations des taux de change. Notre fonds général est investi en majeure partie dans des titres à revenu fixe à moyen ou à long terme, comme des titres de créance, des prêts hypothécaires et d'autres prêts. Les placements liés au fonds général sont composés à 85,1 % de placements liquides et de titres à revenu fixe. Les titres de capitaux propres et les immeubles de placement représentaient 4,2 % et 4,7 % du portefeuille, respectivement. La proportion restante de 6,0 % du portefeuille se composait des avances sur contrats, des actifs dérivés et d'autres placements.

Le tableau suivant présente la composition de nos placements1.


31 mars 2015



31 décembre 2014



(en millions de dollars)

Valeur

 comptable


Pourcentage

de la valeur

 comptable

totale



Valeur
comptable


Pourcentage

de la valeur

comptable

totale



Trésorerie, équivalents de trésorerie et titres à court terme

6 744


5,1

%


6 818


5,4

%


Titres de créance - à la juste valeur par le biais du résultat net

57 176


43,0

%


53 127


42,4

%


Titres de créance - disponibles à la vente

13 537


10,2

%


13 087


10,5

%


Titres de capitaux propres - à la juste valeur par le biais du résultat net

4 621


3,5

%


4 357


3,5

%


Titres de capitaux propres - disponibles à la vente

930


0,7

%


866


0,7

%


Prêts hypothécaires et autres prêts

35 727


26,8

%


33 679


26,9

%


Actifs dérivés

2 378


1,8

%


1 839


1,5

%


Autres placements

2 686


2,0

%


2 375


1,9

%


Avances sur contrats

3 000


2,2

%


2 895


2,3

%


Immeubles de placement

6 260


4,7

%


6 108


4,9

%


Total des placements

133 059


100

%


125 151


100

%


1.

Les valeurs des placements et les ratios présentés sont fondés sur la valeur comptable des catégories d'actifs respectives. La valeur comptable des placements disponibles à la vente et des placements à la juste valeur par le biais du résultat net est généralement égale à leur juste valeur. En ce qui a trait aux placements soutenant les contrats d'assurance, dans l'éventualité d'un défaut de paiement, si les montants recouvrés sont insuffisants pour couvrir les flux de trésorerie liés aux passifs relatifs aux contrats d'assurance connexes que les actifs doivent soutenir, l'exposition au risque de crédit pourrait être supérieure à la valeur comptable des actifs.

Exposition au secteur de l'énergie
Nos placements liés au fonds général sont bien diversifiés en ce qui touche les types de placements et les secteurs, ainsi que sur le plan géographique.

Au 31 mars 2015, notre exposition au secteur de l'énergie en ce qui a trait aux titres de créance et aux prêts aux entreprises s'établissait à 6,2 G$ et était constituée pour 96,4 % de placements de catégorie investissement ou supérieure. Environ 43 % de nos placements dans le secteur de l'énergie sont effectués dans des sociétés de pipelines, d'entreposage et de transport, et 15 %, dans des sociétés pétrolières et gazières intégrées. Les autres placements sont en grande partie liés à des sociétés exerçant des activités de prospection et de production, de raffinage, de forage et d'entretien, et environ 7 % de ces autres placements ont trait à des activités de forage et à des services liés aux champs pétrolifères. Les produits provenant des sociétés de pipelines, d'entreposage et de transport sont généralement peu exposés à la volatilité directe des prix des marchandises étant donné que ces produits sont généralement fondés sur des honoraires. Les sociétés pétrolières et gazières intégrées sont pour leur part généralement des entreprises importantes et diversifiées à l'échelle internationale.

Notre portefeuille de prêts hypothécaires et de biens immobiliers comprend des immeubles de bureaux, des biens immobiliers industriels, des immeubles de détail et des immeubles d'habitation collective occupés par des locataires représentant un groupe diversifié d'industries. Nos biens immobiliers situés en Alberta ont l'exposition la plus importante au secteur pétrolier et gazier, et cette exposition touche moins de 20 % de notre portefeuille de prêts hypothécaires et moins de 30 % de notre portefeuille de biens immobiliers. En raison des faits récents, nous surveillons activement nos locataires du secteur de l'énergie afin d'évaluer les indicateurs de crise.

Titres de créance
Notre portefeuille de titres de créance fait l'objet d'une gestion active qui repose sur notre programme courant d'achats et de ventes, qui vise à optimiser le rendement ainsi que la qualité et la liquidité des placements, tout en faisant en sorte que le portefeuille demeure diversifié et bien harmonisé avec les passifs relatifs aux contrats d'assurance au chapitre de la durée. Au 31 mars 2015, nous détenions des titres de créance qui représentaient 70,7 G$, soit 53,2 % de l'ensemble de notre portefeuille de placements. La proportion des titres de créance de catégorie investissement dotés de la note A ou d'une note supérieure s'établissait à 67,3 % du total des titres de créance au 31 mars 2015, comparativement à 67,9 % au 31 décembre 2014. La proportion des titres de créance dotés de la note BBB ou d'une note supérieure était de 97,1 % du total des titres de créance au 31 mars 2015, comparativement à 97,3 % au 31 décembre 2014.

Les titres de créance de sociétés qui ne sont pas émis ou garantis par des gouvernements (d'État, régionaux ou administrations municipales) représentaient 67,7 % du total de nos titres de créance au 31 mars 2015, comparativement à 66,7 % au 31 décembre 2014. Au 31 mars 2015, les titres de créance émis ou garantis par des gouvernements totalisaient 22,8 G$, comparativement à 22,1 G$ au 31 décembre 2014. Notre exposition aux titres de créance d'un seul pays ne dépasse pas 1 % du total des placements présenté à nos états consolidés de la situation financière au 31 mars 2015, excepté en ce qui a trait à certains pays où nous menons des activités, notamment le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et les Philippines. Comme l'indique le tableau ci-dessous, nous avons une exposition directe à des emprunts garantis par des États de la zone euro qui est négligeable.

Titres de créance de gouvernements et d'institutions financières par pays


31 mars 2015



31 décembre 2014


(en millions de dollars)

Émis ou garantis

 par des

 gouvernements


Secteur

financier



Émis ou garantis

 par des

 gouvernements


Secteur

financier


Canada

15 015


2 094



14 650


2 391


États-Unis

1 553


6 560



1 590


5 992


Royaume-Uni

2 609


2 029



2 484


1 992


Philippines

2 804


40



2 575


17


Zone euro1

168


828



171


762


Autres

668


1 528



611


1 390


Total

22 817


13 079



22 081


12 544


1. Nos placements dans les pays de la zone euro incluent principalement des placements en Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne, en France et en Belgique.

Nos pertes latentes brutes sur les titres de créance à la juste valeur par le biais du résultat net et disponibles à la vente se chiffraient à 0,18 G$ et à 0,03 G$, respectivement, au 31 mars 2015, comparativement à 0,22 G$ et à 0,04 G$, respectivement, au 31 décembre 2014.

Nos titres de créance au 31 mars 2015 comprenaient des titres du secteur financier pour un montant de 13,1 G$, soit environ 18,5 % du total de nos titres de créance ou 9,8 % du total de nos placements, comparativement à 12,5 G$, ou 18,9 % du portefeuille de titres de créance au 31 décembre 2014.

Nos titres de créance au 31 mars 2015 comprenaient des titres adossés à des créances présentés à la juste valeur pour un montant de 5,0 G$, soit environ 7,1 % de nos titres de créance ou 3,8 % du total de nos placements, comparativement à des titres adossés à des créances de 4,4 G$ au 31 décembre 2014.

Prêts hypothécaires et autres prêts
Les prêts hypothécaires et autres prêts dont il est question dans la présente rubrique sont présentés à la valeur comptable dans nos états consolidés de la situation financière. Au 31 mars 2015, nous avions des prêts hypothécaires et d'autres prêts totalisant 35,7 G$, comparativement à 33,7 G$ au 31 décembre 2014. Notre portefeuille de prêts hypothécaires, qui est presque entièrement constitué de prêts de premier rang, se chiffrait à 14,0 G$. Notre portefeuille d'autres prêts, constitué d'actifs liés à des placements privés, représentait 21,7 G$. Le tableau suivant présente la valeur comptable des prêts hypothécaires et des autres prêts, classés selon leur emplacement géographique. L'emplacement géographique des prêts hypothécaires correspond à l'emplacement de l'immeuble, alors que l'emplacement géographique des autres prêts correspond au pays de la société mère du créancier.

Prêts hypothécaires et autres prêts par pays


31 mars 2015


31 décembre 2014

(en millions de dollars)

Prêts

hypothécaires



Autres

 prêts



Total



Prêts

 hypothécaires



Autres

 prêts



Total

Canada

7 996



12 544



20 540



7 847



12 308



20 155

États-Unis

5 998



5 946



11 944



5 563



5 196



10 759

Royaume-Uni

--



804



804



1



776



777

Autres

--



2 439



2 439



--



1 988



1 988

Total

13 994



21 733



35 727



13 411



20 268



33 679

Au 31 mars 2015, notre portefeuille de prêts hypothécaires de 14,0 G$ était composé principalement de prêts hypothécaires commerciaux et comptait environ 2 300 prêts. Les prêts hypothécaires commerciaux visent notamment des immeubles de détail, des immeubles de bureaux, des immeubles d'habitation collective, des biens immobiliers industriels et des terrains. La quotité de financement moyenne pondérée de notre portefeuille de prêts hypothécaires commerciaux est d'environ 54 %. Le ratio de couverture de la dette moyen pondéré estimatif est de 1,69 fois, ce qui correspond au ratio du 31 décembre 2014. La Société canadienne d'hypothèques et de logement assure 25,1 % du portefeuille canadien de prêts hypothécaires commerciaux.

Au 31 mars 2015, nous détenions des prêts aux entreprises totalisant 21,7 G$, comparativement à 20,3 G$ au 31 décembre 2014. Dans le contexte actuel de faibles taux d'intérêt, notre stratégie demeure axée sur les nouveaux placements privés. Les actifs liés à des placements privés assurent la diversification selon le type de prêts, le secteur de marché et la qualité du crédit de l'emprunteur. Le portefeuille de prêts se compose de prêts garantis et non garantis de premier rang accordés à de moyennes et grandes entreprises, d'obligations titrisées au titre de contrats de location et de prêts garantis au moyen de divers actifs, ainsi que de prêts destinés au financement de projets dans des secteurs comme l'énergie et l'infrastructure.

Prêts hypothécaires et autres prêts échus ou dépréciés


31 mars 2015


Valeur comptable brute


Provision pour pertes

(en millions de dollars)

Prêts

 hypothécaires

Autres

 prêts

Total


Prêts

 hypothécaires

Autres

 prêts

Total

Non échus

13 879

21 710

35 589


--

--

--

Échus :









Échus depuis moins de 90 jours

35

--

35


--

--

--


Échus depuis 90 à 179 jours

--

--

--


--

--

--


Échus depuis 180 jours ou plus

--

--

--


--

--

--

Dépréciés

116

40

156


361

17

53

Total

14 030

21 750

35 780


36

17

53






31 décembre 2014


Valeur comptable brute


Provision pour pertes

(en millions de dollars)

Prêts

 hypothécaires

Autres

 prêts

Total


Prêts

 hypothécaires

Autres

 prêts

Total

Non échus

13 316

20 248

33 564


--

--

--

Échus :









Échus depuis moins de 90 jours

14

--

14


--

--

--


Échus depuis 90 à 179 jours

--

--

--


--

--

--


Échus depuis 180 jours ou plus

--

--

--


--

--

--

Dépréciés

118

36

154


371

16

53

Total

13 448

20 284

33 732


37

16

53

1. Comprend des provisions sectorielles de 19 M$ au 31 mars 2015 et de 18 M$ au 31 décembre 2014.

Le montant des prêts hypothécaires et autres prêts dépréciés, déduction faite de la provision pour pertes, se chiffrait à 103 M$ au 31 mars 2015, comparativement à 101 M$ au 31 décembre 2014. La valeur comptable nette des prêts hypothécaires dépréciés s'établissait à 80 M$ au 31 mars 2015, comparativement à 81 M$ au 31 décembre 2014.

Provision pour défaut de paiement
Nous constituons des provisions au titre des incidents de crédit futurs éventuels dans la détermination de nos passifs relatifs aux contrats d'assurance. Le montant de la provision pour défaut de paiement, inclus dans les passifs relatifs aux contrats d'assurance, est fondé sur une diminution possible du rendement futur des placements, qui peut varier en fonction de facteurs comme les catégories d'actif, la qualité de crédit de l'actif (notation), l'échéance et le pays d'origine. Lorsqu'un actif est radié ou cédé, toute somme mise de côté dans les passifs relatifs aux contrats d'assurance pour couvrir les défauts de paiement éventuels futurs relativement à cet actif est libérée.

Notre provision pour défaut de paiement tient compte de la provision pour incidents de crédit futurs liés aux actifs à revenu fixe actuellement détenus par la Compagnie et soutenant les passifs relatifs aux contrats d'assurance. Notre provision pour défaut de paiement s'élevait à 2 131 M$ au 31 mars 2015, par rapport à 1 916 M$ au 31 décembre 2014. Cette augmentation de 215 M$ est principalement attribuable aux hausses de la provision pour actifs achetés, déduction faite des cessions, à la dépréciation du dollar canadien et à l'augmentation de la juste valeur des actifs soutenant nos passifs relatifs aux contrats d'assurance, partiellement contrebalancées par la libération de provisions pour actifs à revenu fixe soutenant nos passifs relatifs aux contrats d'assurance.

Instruments financiers dérivés
Les valeurs relatives à nos instruments dérivés sont présentées dans le tableau suivant. L'utilisation d'instruments dérivés est évaluée en termes de montants notionnels qui servent à calculer les paiements, mais ces montants ne correspondent généralement pas aux montants réels qui sont échangés.

Instruments dérivés

(en millions de dollars)

31 mars 2015


31 décembre 2014

Juste valeur nette

(293)


236

Montant notionnel total

50 516


48 211

Montant en équivalent-crédit

726


738

Montant en équivalent-crédit pondéré en fonction des risques

7


7

Le montant notionnel total des dérivés de notre portefeuille a augmenté pour s'établir à 50,5 G$ au 31 mars 2015, comparativement à 48,2 G$ au 31 décembre 2014. Cette augmentation s'explique principalement par les hausses enregistrées au titre des contrats de taux d'intérêt et des contrats de change. La juste valeur nette des dérivés a diminué, passant d'un actif net de 236 M$ au 31 décembre 2014 à un passif net de 293 M$ au 31 mars 2015. Cette diminution est principalement imputable à la baisse de la juste valeur de notre portefeuille de contrats de change découlant de la dépréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain. La diminution a été contrebalancée en partie par l'augmentation de la juste valeur de notre portefeuille de contrats de taux d'intérêt découlant de la diminution observée dans les courbes de rendement.

Gestion du capital
Notre capital total se compose des titres de créance subordonnés et des autres capitaux, des capitaux propres attribuables aux titulaires de contrat avec participation et du total des capitaux propres attribuables aux actionnaires, lequel comprend les capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires et les capitaux propres attribuables aux actionnaires privilégiés. Au 31 mars 2015, notre capital total s'établissait à 22,8 G$, en hausse par rapport à 21,7 G$ au 31 décembre 2014. Cette augmentation du capital total s'explique principalement par un bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de 441 M$ et d'autres éléments du résultat global de 894 M$, partiellement contrebalancés par le rachat de 120 M$ d'actions ordinaires en vertu de notre offre publique de rachat dans le cours normal des activités ainsi que par des dividendes attribuables aux actionnaires ordinaires de 200 M$ (déduction faite du régime canadien de réinvestissement des dividendes et d'achat d'actions).

L'entité juridique, soit la FSL inc. (la société mère ultime) et ses sociétés de portefeuille en propriété exclusive, disposait de trésorerie et d'autres actifs liquides qui se chiffraient à 1 718 M$ au 31 mars 2015 (1 827 M$ au 31 décembre 2014). La baisse des actifs liquides détenus par la FSL inc. au premier trimestre de 2015 s'explique principalement par les rachats d'actions ordinaires effectués au cours du trimestre. Les actifs liquides dont il est question ci-dessus comprennent la trésorerie et les équivalents de trésorerie, les placements à court terme et les titres négociés sur le marché, mais excluent la trésorerie provenant des prêts à court terme.

Le ratio du MMPRCE de la Sun Life du Canada était de 216 % au 31 mars 2015, comparativement à 217 % au 31 décembre 2014. Cette légère diminution du ratio du MMPRCE s'explique principalement par les fluctuations du marché. Les modifications apportées à la ligne directrice sur le MMPRCE pour 2015, qui prennent effet au premier trimestre de 2015, n'ont pas eu une incidence importante sur la Sun Life du Canada.

Offre publique de rachat dans le cours normal des activités
Le 10 novembre 2014, la FSL inc. a lancé une offre publique de rachat dans le cours normal des activités en vertu de laquelle elle peut racheter un maximum de 9 millions d'actions ordinaires entre le 10 novembre 2014 et le 9 novembre 2015. Au cours du premier trimestre de 2015, la FSL inc. a racheté et annulé environ 3 millions d'actions ordinaires pour un coût total de 120 M$.

Gestion du risque
Nous avons établi un cadre de gestion des risques d'entreprise qui nous permet de classer par catégorie, de surveiller et de gérer les divers risques auxquels nous sommes exposés. Les principales catégories de risques sont les suivantes : risque de crédit, risque de marché, risque d'assurance, risque opérationnel, risque de liquidité et risque d'entreprise. Le risque opérationnel couvre une large gamme de risques, notamment les risques juridiques et réglementaires, ainsi que les risques liés au personnel, aux systèmes et aux méthodes.

Nous appliquons de façon continue des méthodes de gestion des risques d'entreprise qui consistent à passer en revue les différents facteurs de risque pris en compte dans le cadre établi et à communiquer les résultats obtenus à la haute direction et au comité d'examen des risques du conseil d'administration au moins une fois par trimestre. Nos méthodes de gestion des risques d'entreprise et les facteurs de risque sont décrits dans notre rapport de gestion annuel et notre notice annuelle.

Les références aux fonds distincts dans la présente rubrique incluent les garanties liées aux fonds distincts, les rentes à capital variable et les produits de placement, ainsi que le portefeuille fermé de réassurance du secteur de l'Organisation internationale.

Sensibilités au risque de marché
Notre résultat subit l'incidence de l'évaluation de nos obligations envers les titulaires de contrat aux termes des contrats d'assurance et de rentes. Ces montants sont déterminés d'après des modèles d'évaluation internes et sont comptabilisés dans nos états financiers consolidés principalement comme passifs relatifs aux contrats d'assurance. L'évaluation de ces obligations exige de la direction qu'elle pose des hypothèses en ce qui concerne le niveau futur du rendement des marchés des actions, des taux d'intérêt, des écarts de taux et des écarts de swap ainsi que d'autres facteurs pour la durée de ces contrats. Les états financiers consolidés tiennent compte des différences entre nos résultats réels et nos hypothèses les plus probables.

La valeur de marché de nos placements dans des titres à revenu fixe et de nos titres de capitaux propres fluctue en fonction des fluctuations des taux d'intérêt et des marchés des actions. La valeur de marché des titres à revenu fixe désignés comme disponibles à la vente, détenus principalement dans notre excédent, augmente (diminue) en fonction de la baisse (hausse) des taux d'intérêt. La valeur de marché des titres de capitaux propres désignés comme disponibles à la vente et détenus principalement dans notre excédent augmente (diminue) en fonction de la hausse (baisse) des marchés des actions. Les variations de la valeur de marché des actifs disponibles à la vente sont inscrites dans les autres éléments du résultat global et ne sont comptabilisées dans le bénéfice net qu'à leur réalisation au moment de la vente, ou lorsque les actifs sont considérés comme s'étant dépréciés. Le montant du profit réalisé (de la perte réalisée) comptabilisé dans le bénéfice net pour une période donnée correspond au montant initial du profit latent (de la perte latente) ou au montant inscrit dans les autres éléments du résultat global au début de la période, augmenté de la variation de la valeur de marché au cours de la période considérée, et ce, jusqu'au moment de la vente pour les titres qui ont été vendus au cours de la période. La vente ou la réduction de valeur d'actifs disponibles à la vente détenus dans l'excédent peut par conséquent donner lieu à une modification de la sensibilité du bénéfice net.

Au premier trimestre de 2015, nous avons réalisé un profit net (avant impôt) de 96 M$ à la vente d'actifs disponibles à la vente (57 M$ avant impôt au premier trimestre de 2014). Le profit net latent ou le montant inscrit dans les autres éléments du résultat global à l'égard des titres à revenu fixe et des titres de capitaux propres disponibles à la vente se sont établis après impôt à 464 M$ et à 254 M$, respectivement, au 31 mars 2015 (340 M$ et 208 M$ après impôt, respectivement, au 31 décembre 2014).

Le tableau suivant présente l'incidence immédiate estimative de certaines fluctuations instantanées des taux d'intérêt et des cours des marchés des actions sur le bénéfice net, les autres éléments du résultat global de la Compagnie et le ratio du MMPRCE de la Sun Life du Canada, au 31 mars 2015 et au 31 décembre 2014, ou la sensibilité de ces éléments à de telles fluctuations.

Sensibilités aux taux d'intérêt et aux marchés des actions

Au 31 mars 20151
(en millions de dollars, sauf indication contraire)







Sensibilité aux taux d'intérêt2, 6

Diminution de

 100 points

 de base


Diminution de

 50 points

de base


Augmentation

 de 50 points
de base


Augmentation

 de 100 points

 de base



Incidence possible sur le bénéfice net3, 6

(300)

$

(100)

$

50

$

50

$


Incidence possible sur les autres éléments du résultat global

500

$

250

$

(250)

$

(500)

$


Incidence possible sur le MMPRCE4

Diminution de

 12 points de
pourcentage


Diminution de

 5 points de

 pourcentage


Augmentation

 de 5 points

 de pourcentage


Augmentation

 de 9 points

 de pourcentage


Sensibilité aux marchés des actions5

Diminution de 25 %


Diminution de 10 %


Augmentation de 10 %


Augmentation de 25 %



Incidence possible sur le bénéfice net3

(300)

$

(100)

$

100

$

200

$


Incidence possible sur les autres éléments du résultat global

(150)

$

(50)

$

50

$

150

$


Incidence possible sur le MMPRCE4

Diminution de

 5 points de

pourcentage


Diminution de

 1 point de

 pourcentage


Augmentation

 de 1 point

 de pourcentage


Augmentation

 de 2 points

 de pourcentage









Au 31 décembre 20141
(en millions de dollars, sauf indication contraire)







Sensibilité aux taux d'intérêt2, 6

Diminution de

 100 points

de base


Diminution de

 50 points

 de base


Augmentation

 de 50 points

 de base


Augmentation

 de 100 points

 de base



Incidence possible sur le bénéfice net3, 6

(400)

$

(100)

$

50

$

100

$


Incidence possible sur les autres éléments du résultat global

500

$

250

$

(250)

$

(500)

$


Incidence possible sur le MMPRCE4

Diminution de

 12 points de

 pourcentage


Diminution de

 5 points de

pourcentage


Augmentation

 de 4 points de

 pourcentage


Augmentation

 de 8 points de

 pourcentage


Sensibilité aux marchés des actions5

Diminution
de 25 %


Diminution

 de 10 %


Augmentation

 de 10 %


Augmentation

 de 25 %



Incidence possible sur le bénéfice net3

(250)

$

(50)

$

50

$

150

$


Incidence possible sur les autres éléments du résultat global

(150)

$

(50)

$

50

$

150

$


Incidence possible sur le MMPRCE4

Diminution de

 5 points de

pourcentage


Diminution de

 1 point de

 pourcentage


Augmentation

 de 1 point de

 pourcentage


Augmentation de

 1 point de

 pourcentage



1.

Les sensibilités du bénéfice net et des autres éléments du résultat global ont été arrondies au multiple de 50 M$ le plus proche.

2.

Les sensibilités aux taux d'intérêt supposent une variation uniforme des taux d'intérêt présumés sur l'ensemble de la courbe de rendement au 31 mars 2015 et au 31 décembre 2014. Les variations des rendements réalisés découlant de facteurs comme les différences au chapitre de la durée à courir jusqu'à l'échéance et des emplacements géographiques pourraient donner lieu à des sensibilités réelles qui diffèrent de façon importante des sensibilités présentées ci-dessus. Les sensibilités comprennent l'incidence du rééquilibrage des couvertures de taux d'intérêt pour les fonds distincts à des intervalles de 10 points de base (pour les variations de 50 points de base des taux d'intérêt) et de 20 points de base (pour les variations de 100 points de base des taux d'intérêt).

3.

Les sensibilités au risque de marché tiennent compte de l'effet d'atténuation estimatif de nos programmes de couverture en vigueur au 31 mars 2015 et au 31 décembre 2014. Elles tiennent également compte des affaires nouvelles réalisées et des modifications apportées aux produits avant ces dates.

4.

Les sensibilités du MMPRCE illustrent l'incidence pour la Sun Life du Canada au 31 mars 2015 et au 31 décembre 2014. Sont exclues les incidences sur les actifs et les passifs qui sont inclus pour la FSL inc., mais non pour la Sun Life du Canada. Les sensibilités du MMPRCE au 31 décembre 2014 reflètent l'incidence d'IAS 19, Avantages du personnel, ainsi que son incidence progressive sur le capital disponible.

5.

Variation respective sur tous les marchés des actions au 31 mars 2015 et au 31 décembre 2014. En présumant que les placements réels en actions suivent de façon constante et précise l'ensemble des marchés des actions. Étant donné que, en pratique, les placements réellement effectués sur les marchés des actions diffèrent habituellement des indices boursiers généraux (en raison de l'incidence de la gestion active, du risque de corrélation et d'autres facteurs), les sensibilités réelles pourraient différer considérablement de celles présentées ci-dessus. Les sensibilités comprennent l'incidence du rééquilibrage des couvertures des actions pour les fonds distincts à des intervalles de 2 % (pour les fluctuations de 10 % des marchés des actions) et de 5 % (pour les fluctuations de 25 % des marchés des actions).

6.

La majeure partie de la sensibilité aux taux d'intérêt, après couverture, est attribuée aux produits d'assurance individuelle. Nous avons également une sensibilité aux taux d'intérêt, après couverture, attribuable à nos produits de rentes à capital fixe et de fonds distincts.

La sensibilité de notre bénéfice net aux diminutions des taux d'intérêt a diminué depuis le 31 décembre 2014, en raison de l'amélioration des méthodes d'évaluation de la sensibilité, facteur en partie contrebalancé par une augmentation de la sensibilité tenant à la baisse des taux d'intérêt au cours du premier trimestre.

Sensibilités aux écarts de taux et aux écarts de swap
Nous avons estimé l'incidence immédiate de certaines variations instantanées des écarts de taux et des écarts de swap sur notre bénéfice net déclaré, ou la sensibilité de cet élément à de telles variations. Les sensibilités aux écarts de taux représentent l'incidence des variations d'écarts de taux sur les évaluations de nos actifs et de nos passifs (y compris les placements à revenu fixe non souverains, les obligations de gouvernements provinciaux, les obligations de sociétés et les autres placements à revenu fixe). Les sensibilités aux écarts de swap représentent l'incidence des variations d'écarts de taux sur les positions en dérivés fondés sur des swaps et sur les évaluations des passifs.

Sensibilités aux écarts de taux (en millions de dollars, après impôt)

Sensibilité du bénéfice net1, 2

Diminution de 50 points de base

Augmentation de 50 points de base

31 mars 2015

(125)

125

31 décembre 2014

(100)

125

1.

Les sensibilités ont été arrondies au multiple de 25 M$ le plus proche.

2.

Dans la plupart des cas, il est supposé que les écarts de taux reviennent à ceux retenus dans les hypothèses à long terme liées aux passifs relatifs aux contrats d'assurance, généralement sur une période de cinq ans.

Sensibilités aux écarts de swap

(en millions de dollars, après impôt)

Sensibilité du bénéfice net1

Diminution de 20 points de base

Augmentation de 20 points de base

31 mars 2015

75

(75)

31 décembre 2014

75

(75)

1. Les sensibilités ont été arrondies au multiple de 25 M$ le plus proche.

Les sensibilités aux écarts de taux et aux écarts de swap présument une variation uniforme des écarts indiqués (c.-à-d. une variation égale sur l'ensemble de la structure par terme de l'écart). Les variations des écarts réalisés découlant de différences au chapitre de la durée à courir jusqu'à l'échéance, des emplacements géographiques, des catégories d'actifs et de dérivés, des fluctuations des taux d'intérêt sous-jacents et des notations de crédit pourraient donner lieu à des sensibilités réelles qui diffèrent de façon importante des sensibilités présentées ci‑dessus. Les estimations au chapitre de la sensibilité aux écarts de taux excluent l'incidence des écarts de taux associés aux actifs détenus dans les fonds distincts. Les sensibilités aux écarts sont présentées pour l'entité consolidée et elles pourraient ne pas être proportionnelles dans tous les secteurs à présenter. Se reporter à la rubrique « Mises en garde additionnelles et hypothèses clés relatives aux sensibilités » pour obtenir des renseignements additionnels importants concernant ces estimations.

Produits d'assurance et de rentes liés au fonds général
La majeure partie de notre sensibilité attendue au risque de taux d'intérêt a trait aux produits d'assurance et de rentes liés au fonds général. Nous avons adopté des stratégies de gestion du risque de marché afin d'atténuer une partie du risque de marché lié à nos produits d'assurance et de rentes liés au fonds général.

Les produits d'assurance individuelle comprennent l'assurance-vie universelle et d'autres produits d'assurance-vie et d'assurance-maladie à long terme. L'exposition des produits d'assurance individuelle au risque de marché découle en grande partie du risque de réinvestissement lié aux primes futures des contrats à primes périodiques, du risque de réinvestissement des actifs pour les contrats à primes périodiques et à prime unique, ainsi que du coût garanti de l'assurance. Le risque de taux d'intérêt visant les produits d'assurance individuelle est habituellement géré en fonction de la durée et de fourchettes de tolérance énoncées dans la politique ou les lignes directrices applicables en matière de placement. Les cibles et les limites sont établies de façon à ce que le niveau d'exposition résiduelle tienne compte de notre appétence pour le risque. Les expositions au risque font l'objet d'un suivi régulier et, au besoin, les actifs sont rééquilibrés au moyen d'une combinaison d'actifs et d'instruments dérivés afin que les limites établies soient respectées. Une partie des flux de trésorerie à long terme est adossée à des titres de capitaux propres et à des immeubles.

Dans le cas des produits d'assurance avec participation et d'autres produits d'assurance assortis de caractéristiques d'ajustabilité, la stratégie de placement a pour objectif de procurer un taux de rendement global en fonction d'un profil de risque constant à long terme.

Les produits de rentes à capital fixe offrent généralement au titulaire de contrat un taux de rendement garanti. Le risque de taux d'intérêt associé à ces produits est habituellement géré en fonction de la durée et de fourchettes de tolérance énoncées dans les lignes directrices applicables en matière de placement. Les cibles et les limites sont établies de façon à ce que le niveau d'exposition résiduelle tienne compte de notre appétence pour le risque. Les expositions font l'objet d'un suivi régulier et sont rééquilibrées au besoin au moyen d'une combinaison d'actifs à revenu fixe et d'instruments dérivés afin de demeurer conformes aux seuils de tolérance prescrits.

Certains produits d'assurance et de rentes sont assortis de garanties de taux d'intérêt minimaux. Des stratégies de gestion du risque de marché sont mises en œuvre afin de restreindre les pertes financières pouvant découler de baisses des taux de rendement des actifs associés aux garanties contractuelles. Ces stratégies prévoient généralement l'application de stratégies de couverture reposant sur des dérivés de taux d'intérêt comme des garanties de taux plancher, des swaps et des swaptions.

Certains produits d'assurance et de rentes sont assortis de caractéristiques permettant aux titulaires de contrat de racheter leur contrat à sa valeur comptable. Des stratégies de gestion du risque de marché sont mises en œuvre afin de restreindre les pertes financières pouvant découler des fluctuations des taux d'intérêt et des changements de comportement des titulaires de contrat. Ces stratégies prévoient généralement l'application de stratégies de couverture telles que la reproduction dynamique d'options et l'achat de swaptions de taux d'intérêt.

Certains produits offrent des taux de conversion en rente minimaux garantis. Des stratégies de gestion du risque de marché sont mises en œuvre afin de restreindre les pertes financières éventuelles, et elles prévoient généralement le recours à des actifs à revenu fixe ainsi qu'à des swaps et des swaptions de taux d'intérêt.

Garanties liées aux fonds distincts
Environ la moitié de notre sensibilité attendue au risque lié aux marchés des actions et une petite partie de notre sensibilité au risque de taux d'intérêt ont trait aux produits de fonds distincts. Ces produits fournissent des garanties liées au rendement des fonds sous-jacents qui peuvent s'appliquer en cas de décès, d'arrivée à échéance, de retrait ou de conversion en rente. Le coût de l'offre de garanties relativement à nos contrats de fonds distincts est incertain et dépendra d'un certain nombre de facteurs, notamment des conditions générales des marchés financiers, de nos stratégies de couverture, du comportement des titulaires de contrat et des résultats au chapitre de la mortalité, et chacun de ces facteurs pourrait avoir une incidence négative sur le bénéfice net et le capital.

Le tableau suivant présente de l'information sur les garanties fournies relativement aux fonds distincts.

Au 31 mars 2015


(en millions de dollars)

Valeur des
fonds

Montant du
risque1

Valeur des
garanties2

Passifs relatifs
aux contrats
d'assurance3


FSL Canada

13 382

142

11 140

364


FSL États-Unis

5 622

270

5 646

114


Activités de réassurance fermées4

3 058

540

2 153

578


Total

22 062

952

18 939

1 056














Au 31 décembre 2014


(en millions de dollars)

Valeur des
fonds

Montant du
risque1

Valeur des
garanties2

Passifs relatifs
aux contrats
d'assurance3


FSL Canada

13 039

217

11 202

273


FSL États-Unis

5 194

259

5 236

96


Activités de réassurance fermées4

2 800

501

1 999

526


Total

21 033

977

18 437

895


1.

Le « montant du risque » correspond à l'excédent de la valeur des garanties sur la valeur des fonds pour tous les contrats lorsque la valeur des garanties excède la valeur des fonds. Le montant du risque n'est pas exigible actuellement puisque les garanties sont payables seulement en cas de décès, d'arrivée à échéance, de retrait ou de conversion en rente si la valeur des fonds demeure inférieure à la valeur des garanties.

2.

Pour les garanties de retrait à vie, la « valeur des garanties » correspond à la valeur actualisée des retraits futurs maximaux, en présumant que les conditions des marchés demeurent inchangées par rapport aux conditions actuelles. La valeur de toutes les autres garanties est déterminée en présumant que la totalité des règlements sont effectués à la date d'évaluation.

3.

Les passifs relatifs aux contrats d'assurance représentent les provisions de la direction pour les coûts futurs liés à ces garanties et comprennent une provision pour écart défavorable conformément aux normes de pratique actuarielle canadiennes.

4.

Les activités de réassurance fermées comprennent les risques pris en charge au moyen de la réassurance de produits de rentes à capital variable émis par différentes compagnies d'assurance d'Amérique du Nord entre 1997 et 2001. Cette branche d'activité fait partie d'un portefeuille de contrats de réassurance fermé qui est inclus dans le secteur de l'Organisation internationale.

Les variations des éléments présentés dans le tableau ci-dessus entre le 31 décembre 2014 et le 31 mars 2015 s'expliquent principalement par les facteurs suivants :

i) La valeur des fonds a augmenté en raison des fluctuations favorables des marchés des actions et de la dépréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain, partiellement contrebalancées par la diminution naturelle du bloc d'affaires.

ii) Le montant du risque a diminué en raison des fluctuations favorables des marchés des actions, partiellement contrebalancées par la dépréciation du dollar canadien.

iii) La valeur totale des garanties a augmenté, principalement en raison de la dépréciation du dollar canadien, partiellement contrebalancée par la diminution naturelle du bloc d'affaires.

iv) Les passifs relatifs aux contrats d'assurance ont augmenté en raison des fluctuations défavorables des taux d'intérêt et de la dépréciation du dollar canadien, partiellement contrebalancées par les fluctuations favorables des marchés des actions.

Programme de couverture pour les contrats de fonds distincts
Nous avons mis en œuvre des programmes de couverture qui prévoient le recours à des instruments dérivés afin d'atténuer une partie du coût de la volatilité des taux d'intérêt et des marchés des actions pris en compte à l'égard des garanties fournies relativement aux fonds distincts. Au 31 mars 2015, plus de 90 % de nos contrats de fonds distincts, évalués selon les valeurs des fonds associés, étaient couverts par un programme de couverture. Une part importante des contrats est couverte par le programme de couverture, mais notre exposition aux risques liés aux marchés des actions et aux taux d'intérêt sur ces contrats n'est pas entièrement couverte. Pour les contrats de fonds distincts faisant partie du programme de couverture, nous couvrons généralement la valeur des coûts nets futurs prévus des règlements et une partie des frais liés aux contrats, puisque nous nous concentrons principalement sur la couverture des coûts économiques prévus découlant de ces garanties, et nous ne couvrons pas la valeur des autres frais qui ne se rapportent pas aux coûts de couverture des garanties.

Le tableau suivant illustre l'incidence de notre programme de couverture relativement à notre sensibilité à des diminutions de 50 points de base et de 100 points de base des taux d'intérêt ainsi que de 10 % et de 25 % des marchés des actions pour les contrats de fonds distincts au 31 mars 2015 et au 31 décembre 2014.

Incidence du programme de couverture pour les contrats de fonds distincts

31 mars 2015

(en millions de dollars)

Variations des taux d'intérêt3

Variations des marchés des actions4

Sensibilité du bénéfice net1, 2

Diminution de
50 points de base

Diminution de
100 points de base

Diminution de 10 %

Diminution de 25 %

Avant couverture

(200)

(450)

(200)

(550)

Incidence de la couverture

200

450

150

450

Après couverture

--

--

(50)

(100)






31 décembre 2014

(en millions de dollars)

Variations des taux d'intérêt3

Variations des marchés des actions4

Sensibilité du bénéfice net1, 2

Diminution de
50 points de base

Diminution de
100 points de base

Diminution de 10 %

Diminution de 25 %

Avant couverture

(200)

(400)

(150)

(500)

Incidence de la couverture

200

400

150

400

Après couverture

--

--

--

(100)

1.

Les sensibilités du bénéfice net ont été arrondies au multiple de 50 M$ le plus proche.

2.

Comme la juste valeur des prestations couverte diffère généralement de la valeur inscrite aux états financiers (en raison des différentes méthodes d'évaluation et de l'inclusion des marges d'évaluation relativement aux valeurs inscrites aux états financiers), cela donnera lieu à l'inscription au résultat et dans le capital déclarés d'une valeur correspondant à la volatilité résiduelle découlant de perturbations des taux d'intérêt et des marchés des actions. La disponibilité générale et le coût de ces instruments de couverture peuvent subir l'incidence défavorable de certains facteurs, notamment la volatilité, la détérioration des marchés des actions et la diminution des taux d'intérêt.

3.

Variation uniforme des taux d'intérêt présumés sur l'ensemble de la courbe de rendement au 31 mars 2015 et au 31 décembre 2014. Les variations des rendements réalisés découlant de facteurs comme les différences au chapitre de la durée à courir jusqu'à l'échéance et des emplacements géographiques pourraient donner lieu à des sensibilités réelles qui diffèrent de façon importante des sensibilités présentées ci-dessus. Les sensibilités comprennent l'incidence du rééquilibrage des couvertures de taux d'intérêt pour les fonds distincts à des intervalles de 10 points de base (pour les variations de 50 points de base des taux d'intérêt) et de 20 points de base (pour les variations de 100 points de base des taux d'intérêt).

4.

Variation sur tous les marchés des actions au 31 mars 2015 et au 31 décembre 2014. En présumant que les placements réels en actions suivent de façon constante et précise l'ensemble des marchés des actions. Étant donné que, en pratique, les placements réellement effectués sur les marchés des actions diffèrent habituellement des indices boursiers généraux (en raison de l'incidence de la gestion active, du risque de corrélation et d'autres facteurs), les sensibilités réelles pourraient différer considérablement de celles présentées ci-dessus. Les sensibilités comprennent l'incidence du rééquilibrage des couvertures des actions pour les fonds distincts à des intervalles de 2 % (pour les fluctuations de 10 % des marchés des actions) et de 5 % (pour les fluctuations de 25 % des marchés des actions).

Risque lié aux biens immobiliers
Nous sommes exposés au risque lié aux biens immobiliers découlant des fluctuations de la valeur ou des flux de trésorerie futurs liés aux biens immobiliers classés à titre d'immeubles de placement. Il est possible que nous constations des pertes financières découlant de la propriété directe de placements immobiliers, ou indirectement par le truchement de placements à revenu fixe garantis par des biens immobiliers, de droits de tenure à bail, de loyers fonciers ainsi que d'opérations d'achat et de cession-bail. Le risque de prix lié aux biens immobiliers peut découler de conditions des marchés externes, d'une analyse inadéquate d'un immeuble, d'une couverture d'assurance insuffisante, de l'évaluation inappropriée des biens immobiliers ou de l'exposition au risque environnemental. Nous détenons des participations directes dans des biens immobiliers qui soutiennent des passifs du compte général et l'excédent, et les fluctuations de leur valeur auront une incidence sur notre rentabilité et sur notre situation financière. Une diminution instantanée de 10 % de la valeur de nos placements immobiliers directs au 31 mars 2015 viendrait diminuer notre bénéfice net d'environ 150 M$ (diminution de 150 M$ au 31 décembre 2014). À l'inverse, une augmentation instantanée de 10 % de la valeur de nos placements immobiliers directs au 31 mars 2015 viendrait augmenter notre bénéfice net d'environ 150 M$ (augmentation de 150 M$ au 31 décembre 2014).

Mises en garde additionnelles et hypothèses clés relatives aux sensibilités
Nos sensibilités au risque de marché constituent des mesures de la variation estimative de notre bénéfice net et des autres éléments de notre résultat global qui tiennent compte des fluctuations des taux d'intérêt et des cours des marchés des actions présentées ci-dessus, en fonction des taux d'intérêt, des cours des marchés des actions et de la répartition des affaires aux dates de calcul respectives. Ces sensibilités sont évaluées séparément pour chaque facteur de risque, en présumant généralement que toutes les autres variables liées aux risques demeurent constantes. Les sensibilités ne tiennent pas compte des incidences indirectes comme les incidences potentielles sur la dépréciation du goodwill ou les réductions de valeur applicables aux actifs d'impôt différé. Les sensibilités sont présentées pour l'entité consolidée, et elles pourraient ne pas être proportionnelles dans tous les secteurs à présenter. Les résultats réels peuvent différer considérablement de ces estimations pour plusieurs raisons, notamment les différences dans la structure et la distribution des perturbations du marché, l'interaction entre ces facteurs de risque, les erreurs de modélisation ou les modifications des autres hypothèses comme la répartition des affaires, les taux d'imposition effectifs, le comportement des titulaires de contrat, les taux de change et les autres variables du marché liées à ces hypothèses sous-jacentes au calcul de ces sensibilités. L'écart potentiel entre les résultats réels et les fourchettes indicatives présentées est généralement accentué par des fluctuations plus importantes des marchés financiers. Nos sensibilités au 31 décembre 2014 ont été incluses aux présentes à des fins comparatives seulement.

Nous avons également fourni des mesures de la sensibilité de notre bénéfice net aux variations instantanées des écarts de taux, des écarts de swap et des prix des biens immobiliers, ainsi que des sensibilités du capital aux variations des taux d'intérêt et des cours des marchés des actions. Les sensibilités liées aux biens immobiliers sont des mesures financières non définies par les IFRS. Pour de plus amples renseignements, se reporter à la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS ». Les mises en garde de la présente rubrique s'appliquent également aux sensibilités relatives aux écarts de taux, aux écarts de swap, aux biens immobiliers et au ratio du MMPRCE. Plus particulièrement, ces sensibilités sont fondées sur les taux d'intérêt, les écarts de taux et les écarts de swap, les cours des marchés des actions et les prix des biens immobiliers aux dates de calcul respectives, en présumant que toutes les autres variables liées aux risques demeurent constantes. Des fluctuations des taux d'intérêt, des écarts de taux et des écarts de swap, des cours des marchés des actions et des prix des biens immobiliers au-delà des variations présentées pourraient donner lieu à une variation de l'incidence autre qu'une variation proportionnelle.

Ces sensibilités au risque de marché reflètent une incidence immédiate sur le bénéfice net, les autres éléments du résultat global et le ratio du MMPRCE de la Sun Life du Canada; elles ne tiennent pas compte des incidences à plus long terme telles que l'effet sur les produits tirés des honoraires provenant de nos affaires de gestion d'actif.

Les sensibilités reflètent la composition de nos actifs et de nos passifs au 31 mars 2015 et au 31 décembre 2014. Des changements de ces positions par suite de nouvelles souscriptions ou d'échéances, de l'achat ou de la vente d'actifs ou d'autres mesures de la direction pourraient donner lieu à des écarts significatifs par rapport aux sensibilités présentées. Plus particulièrement, ces sensibilités reflètent l'incidence prévue des activités de couverture en fonction des programmes de couverture en place aux dates de calcul, le 31 mars et le 31 décembre. L'incidence réelle de ces activités de couverture peut différer considérablement de l'incidence prévue lors de la détermination des sensibilités indicatives en raison des activités continues de rééquilibrage des couvertures, des modifications de l'envergure et de la portée des activités de couverture, des variations du coût ou de la disponibilité générale des instruments de couverture, du risque de corrélation (le risque que les couvertures ne reproduisent pas de façon exacte les résultats des portefeuilles sous-jacents), du risque de modèle et des autres risques opérationnels associés à la gestion continue des programmes de couverture ou encore de l'incapacité potentielle des contreparties à l'égard de la couverture de s'exécuter comme il était prévu.

Les sensibilités sont évaluées en fonction de méthodes et d'hypothèses en vigueur en date du 31 mars 2015 et du 31 décembre 2014, selon le cas. Des modifications apportées à l'environnement de réglementation, aux méthodes d'évaluation comptable ou actuarielle, aux modèles ou aux hypothèses après cette date pourraient donner lieu à des écarts significatifs par rapport aux sensibilités présentées. Des fluctuations des taux d'intérêt et des cours des marchés des actions au-delà des fourchettes présentées pourraient donner lieu à une variation de l'incidence autre qu'une variation proportionnelle.

Nos programmes de couverture peuvent eux-mêmes nous exposer à d'autres risques, incluant le risque de corrélation (le risque que les couvertures ne reproduisent pas de façon exacte les résultats des portefeuilles sous-jacents) et le risque de crédit lié aux contreparties, et à une augmentation des risques de liquidité, de modèle et des autres risques opérationnels. Ces facteurs peuvent avoir une incidence défavorable sur l'efficacité nette, les coûts et la viabilité financière du maintien de ces programmes de couverture et, par conséquent, une incidence défavorable sur notre rentabilité et notre situation financière. Bien que nos programmes de couverture comprennent divers éléments destinés à atténuer ces effets (par exemple, le risque de crédit lié aux contreparties est géré par une grande diversification, en faisant principalement affaire avec des contreparties affichant une excellente cote de crédit et en négociant conformément à des accords de l'International Swaps and Derivatives Association habituellement assortis d'annexes sur le soutien du crédit), un risque résiduel persiste, et la volatilité du bénéfice et du capital déclarés est toujours possible.

Pour les raisons susmentionnées, ces sensibilités devraient être perçues uniquement comme des estimations directionnelles quant à la sensibilité sous-jacente de chacun des facteurs de ces hypothèses spécialisées et ne devraient pas être interprétées comme des prévisions des sensibilités de notre bénéfice net, des autres éléments de notre résultat global et de notre capital futurs. Étant donné la nature de ces calculs, nous ne pouvons donner aucune garantie que l'incidence réelle correspondra aux estimations présentées.

L'information concernant la sensibilité au risque de marché ainsi que les garanties liées aux produits de fonds distincts doit être lue en parallèle avec l'information figurant aux rubriques « Perspectives », « Méthodes et estimations comptables critiques » et « Gestion du risque » de notre rapport de gestion annuel ainsi qu'aux rubriques « Facteurs de risque » et « Questions d'ordre réglementaire » de notre notice annuelle.

Questions d'ordre juridique et réglementaire
Des renseignements concernant les questions d'ordre juridique et réglementaire sont fournis dans nos états financiers consolidés annuels, notre rapport de gestion annuel et notre notice annuelle pour l'exercice clos le 31 décembre 2014.

Modifications de méthodes comptables
Nous n'avons adopté aucune nouvelle IFRS ni aucune modification aux IFRS au cours de la période considérée close le 31 mars 2015.

Contrôle interne à l'égard de l'information financière
Il incombe à la direction de mettre en place et de maintenir un contrôle interne adéquat à l'égard de l'information financière afin de fournir une assurance raisonnable que l'information financière communiquée par la Compagnie est fiable et que ses états financiers ont été établis conformément aux IFRS.

Au cours de la période allant du 1er janvier 2015 au 31 mars 2015, aucun changement concernant le contrôle interne de la Compagnie à l'égard de l'information financière n'a eu, ou n'est raisonnablement susceptible d'avoir, une incidence significative sur celui-ci.

Rapprochement de mesures financières non définies par les IFRS
Pour de plus amples renseignements sur l'utilisation de mesures non définies par les IFRS, y compris la définition du bénéfice d'exploitation net (de la perte d'exploitation nette) et du bénéfice net (de la perte nette) sous-jacent(e), se reporter à la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » du présent document.

Le tableau ci-après présente les montants exclus de notre bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette), de notre bénéfice net (perte nette) sous-jacent(e), de notre bénéfice d'exploitation par action et de notre bénéfice par action sous-jacent, ainsi qu'un rapprochement entre ces montants et notre bénéfice net déclaré (perte nette déclarée) et notre bénéfice par action déclaré selon les IFRS.

Rapprochements de certaines mesures du bénéfice net


Résultats trimestriels

(en millions de dollars, sauf indication contraire)

T1 15

T4 14

T3 14

T2 14

T1 14

Bénéfice net déclaré

441


502


435


425


400



Incidence de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture

15


(6)


2


(8)


5



Ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS

(20)


1


(31)


(44)


(51)


Coûts de restructuration et autres coûts connexes

--


(4)


(3)


(11)


(8)


Bénéfice d'exploitation net (perte d'exploitation nette)

446


511


467


488


454



Incidence des marchés

(22)


(21)


(54)


(22)


(26)



Modifications des hypothèses et mesures de la direction

(48)


172


4


11


40


Bénéfice net (perte nette) sous-jacent(e)

516


360


517


499


440


Bénéfice par action déclaré (dilué) (en dollars)

0,72


0,81


0,71


0,69


0,65



Incidence de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture (en dollars)

0,02


(0,01)


--


(0,01)


0,01



Ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS (en dollars)

(0,03)


--


(0,05)


(0,07)


(0,08)



Coûts de restructuration et autres coûts connexes (en dollars)

--


(0,01)


--


(0,02)


(0,01)



Incidence des titres convertibles sur le bénéfice dilué par action (en dollars)

--


--


--


(0,01)


(0,01)


Bénéfice d'exploitation par action (dilué) (en dollars)

0,73


0,83


0,76


0,80


0,74



Incidence des marchés (en dollars)

(0,03)


(0,04)


(0,09)


(0,03)


(0,04)



Modifications des hypothèses et mesures de la direction (en dollars)

(0,08)


0,28


0,01


0,02


0,06



Bénéfice par action sous-jacent (dilué) (en dollars)

0,84


0,59


0,84


0,81


0,72


La direction a également recours aux mesures financières non définies par les IFRS suivantes :

Rendement des capitaux propres. Les IFRS n'exigent pas le calcul du rendement des capitaux propres et, par conséquent, aucune mesure comparable n'existe en vertu des IFRS. Pour déterminer le rendement d'exploitation des capitaux propres et le rendement des capitaux propres sous-jacent, le bénéfice d'exploitation net (la perte d'exploitation nette) et le bénéfice net (la perte nette) sous-jacent(e) sont divisés par le total moyen pondéré des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires pour la période, respectivement.

Produits ajustés. Cette mesure exclut des produits l'incidence des éléments suivants : i) les variations des taux de change découlant de la conversion des monnaies fonctionnelles en dollars canadiens aux fins de comparaison (l'« ajustement au titre du change »); ii) les variations de la juste valeur et des taux de change touchant les actifs et les passifs (l'« ajustement au titre de la juste valeur »); et iii) la réassurance pour les activités assurées des GC de la FSL Canada (l'« ajustement au titre de la réassurance aux GC de la FSL Canada »). Les produits ajustés constituent une autre mesure des produits et permettent de procéder à des comparaisons plus efficaces entre différentes périodes.


Résultats trimestriels

(en millions de dollars)

T1 15

T4 14

T3 14

T2 14

T1 14

Produits

7 332


7 375


5 614


6 315


6 460



Ajustement au titre du change

307


72


(31)


(25)


--



Ajustement au titre de la juste valeur

2 495


2 196


495


1 560


1 921



Ajustement au titre de la réassurance aux GC de la FSL Canada

(1 185)


(1 154)


(1 130)


(1 120)


(1 161)


Produits ajustés

5 715


6 261


6 280


5 900


5 700


Primes et versements ajustés. Cette mesure ajuste les primes et versements afin de tenir compte de l'incidence i) de l'ajustement au titre du change; et ii) de l'ajustement au titre de la réassurance aux GC de la FSL Canada. Les primes et versements ajustés constituent une autre mesure des primes et versements et permettent de procéder à des comparaisons plus efficaces entre différentes périodes.


Résultats trimestriels

(en millions de dollars)

T1 15

T4 14

T3 14

T2 14

T1 14

Primes et versements

36 754


31 770


29 124


28 876


32 710



Ajustement au titre du change

3 513


783


(300)


(236)


--



Ajustement au titre de la réassurance aux GC de la FSL Canada

(1 185)


(1 154)


(1 130)


(1 120)


(1 161)


Primes et versements ajustés

34 426


32 141


30 554


30 232


33 871


Ratio de la marge d'exploitation avant impôt de la MFS. Ce ratio sert à évaluer la rentabilité sous-jacente de la MFS et exclut certains produits tirés des placements et certaines commissions versées en raison de leur nature compensatoire. Ces montants sont exclus afin de neutraliser leur incidence sur le ratio de la marge d'exploitation avant impôt, étant donné leur nature compensatoire et le fait qu'ils n'ont aucune incidence sur la rentabilité sous-jacente de la MFS.

Incidence du change. Plusieurs mesures financières définies par les IFRS sont présentées compte tenu de l'ajustement au titre du change afin d'exclure l'incidence des fluctuations des taux de change. Ces mesures sont calculées en fonction du taux de change moyen ou du taux de change de clôture, selon le cas, en vigueur à la date de la période comparative.

Sensibilités aux prix des biens immobiliers. Les sensibilités aux prix des biens immobiliers sont des mesures financières non définies par les IFRS pour lesquelles il n'existe aucune mesure définie par les IFRS qui soit directement comparable. Il n'est donc pas possible de présenter un rapprochement entre ces montants et les mesures définies par les IFRS les plus directement comparables.

Autres. La direction utilise également les mesures financières non définies par les IFRS suivantes pour lesquelles il n'existe aucune mesure financière définie par les IFRS qui soit comparable : i) les équivalents de primes et de versements SAS, les souscriptions de titres d'organismes de placement collectif, les souscriptions de parts de fonds gérés, les souscriptions d'assurance-vie et d'assurance-maladie et le total des primes et versements; ii) l'actif géré, l'actif des organismes de placement collectif, l'actif des fonds gérés, les autres éléments de l'actif géré et l'actif administré; iii) la valeur des affaires nouvelles, qui est utilisée pour mesurer la rentabilité globale estimative des nouvelles souscriptions et qui est fondée sur des calculs actuariels; et iv) les modifications des hypothèses et les mesures de la direction, qui sont des composantes de la communication d'information sur nos sources de bénéfices. Les sources de bénéfices constituent un choix de présentation de nos comptes consolidés de résultat permettant de dégager et de quantifier les diverses sources de bénéfices. Le Bureau du surintendant des institutions financières, principal organisme de réglementation de la Compagnie, oblige cette dernière à présenter ses sources de bénéfices.

Énoncés prospectifs
À l'occasion, la Compagnie présente, verbalement ou par écrit, des énoncés prospectifs au sens de certaines lois sur les valeurs mobilières, y compris les règles d'exonération de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis et des lois canadiennes sur les valeurs mobilières applicables. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent document comprennent i) les énoncés se rapportant à nos stratégies; ii) les énoncés de nature prévisionnelle ou dont la réalisation est tributaire, ou qui font mention de conditions ou d'événements futurs; et iii) les énoncés qui renferment des mots ou expressions tels que « viser », « prévoir », « hypothèse », « croire », « pourrait », « estimer », « s'attendre à », « but », « avoir l'intention de », « peut », « objectif », « initiatives », « perspectives », « planifier », « projeter », « chercher à », « devrait », « stratégie », « s'efforcer de », « cibler », « fera », ou d'autres expressions semblables. Entrent dans les énoncés prospectifs les possibilités et hypothèses présentées relativement à nos résultats d'exploitation futurs. Ces énoncés font état de nos attentes, estimations et prévisions actuelles en ce qui concerne les événements futurs, et non de faits passés. Les énoncés prospectifs ne constituent pas une garantie des résultats futurs, et mettent en cause des risques et des incertitudes dont la portée est difficile à prévoir. Les résultats et la valeur pour l'actionnaire futurs pourraient différer sensiblement de ceux qui sont présentés dans les énoncés prospectifs en raison, notamment, des facteurs traités aux rubriques « Gestion du capital » et « Gestion du risque » du présent document et à la rubrique « Facteurs de risque » qui figure dans la notice annuelle de 2014 de la FSL inc., et des facteurs décrits dans d'autres documents déposés par la FSL inc. auprès des autorités canadiennes et américaines de réglementation des valeurs mobilières, que l'on peut consulter à www.sedar.com et à www.sec.gov, respectivement.

Les facteurs susceptibles d'entraîner un écart significatif entre les résultats réels et les résultats escomptés comprennent, notamment, les risques d'entreprise - les risques économiques et géopolitiques; les risques liés à la mise en œuvre de stratégies d'entreprise; les modifications apportées aux règlements et aux lois, y compris aux exigences en matière de capital et aux lois fiscales; l'incapacité de maintenir des canaux de distribution solides et les risques liés aux pratiques commerciales des intermédiaires et des agents; les risques liés aux activités exercées en Asie, y compris les risques liés aux coentreprises de la Compagnie; l'incidence de la concurrence; le rendement des placements de la Compagnie et des portefeuilles de placements qui sont gérés pour les clients, tels que les fonds distincts et les organismes de placement collectif; les conditions de marché ayant une incidence sur la situation de capital de la Compagnie ou sur sa capacité à mobiliser des capitaux; la révision à la baisse des notes de solidité financière ou de crédit; les risques liés aux estimations faites et au jugement exercé dans le calcul des impôts; l'incidence des fusions, des acquisitions et des cessions; l'inefficacité des politiques et procédures de gestion des risques; les risques liés au portefeuille de contrats fermé; les risques de marché, de crédit et de liquidité - le rendement des marchés des actions; les risques de crédit liés aux émetteurs de titres détenus dans notre portefeuille de placements, aux débiteurs, aux titres structurés, aux réassureurs, aux parties aux contrats dérivés, à d'autres institutions financières et à d'autres entités; la fluctuation ou la volatilité des taux d'intérêt, des écarts de taux et des écarts de swap; les fluctuations des taux de change; les risques liés aux placements immobiliers; les risques liés à la liquidité du marché; les risques d'assurance - les risques liés à l'amélioration du taux de mortalité; les risques liés au comportement des titulaires de contrat; les risques liés à la conception de produits et à l'établissement des prix; les risques liés à la mortalité et à la morbidité, y compris les risques associés aux catastrophes naturelles ou causées par l'homme, aux pandémies et aux actes de terrorisme; l'incidence de dépenses futures plus élevées que prévu; la disponibilité, le coût et l'efficacité de la réassurance; les risques opérationnels - les atteintes à la sécurité informatique et à la protection des renseignements personnels et les défaillances des systèmes informatiques, y compris le cyberterrorisme; les risques liés à notre infrastructure de technologies de l'information; les défaillances des systèmes informatiques et des technologies fonctionnant sur Internet; la capacité d'attirer et de fidéliser des employés; les procédures judiciaires et les procédures engagées aux termes de la réglementation, y compris les demandes de renseignements et les enquêtes; les risques liés aux erreurs de modélisation financière; les risques liés à la poursuite des affaires; la dépendance à l'égard de relations avec des tiers, y compris les contrats d'impartition; et les risques liés à l'environnement, aux lois et aux règlements en matière environnementale et aux politiques de tiers en matière environnementale.

La Compagnie ne s'engage nullement à mettre à jour ni à réviser ses énoncés prospectifs pour tenir compte d'événements ou de circonstances postérieurs à la date du présent document ou par suite d'événements imprévus, à moins que la loi ne l'exige.

Conférence téléphonique portant sur les résultats
Les résultats financiers de la Compagnie pour le premier trimestre de 2015 seront présentés lors de la conférence téléphonique qui aura lieu le mercredi 6 mai 2015, à 13 h, heure de l'Est. Pour écouter la webémission de la conférence en direct, visualiser les diapositives de la présentation et obtenir de l'information connexe, veuillez accéder à l'adresse www.sunlife.com et cliquer sur le lien vers les rapports trimestriels de la rubrique « Investisseurs - Résultats et rapports financiers » 10 minutes avant le début de la conférence. Nous encourageons les gens qui ont l'intention de participer à la conférence en mode écoute seulement à se connecter à la webémission. La webémission et la présentation seront par la suite archivées sur le site Web de la Compagnie et accessibles à l'adresse www.sunlife.com jusqu'à la clôture du premier trimestre de 2016. Pour écouter la conférence par téléphone, composez le 647-788-4901 (appels internationaux), ou le 1-877-201-0168 (numéro sans frais pour l'Amérique du Nord).

Comptes consolidés de résultat



Pour les trimestres clos les

(non audité, en millions de dollars canadiens, à l'exception des montants par action)





31 mars
2015


31 mars
2014

Produits









Primes











Montant brut





3 723

$

3 638

$



À déduire : primes cédées





1 516


1 410



Primes, montant net





2 207


2 228



Produits nets tirés des placements (pertes nettes de placements) :











Intérêts et autres produits tirés des placements





1 279


1 188




Variations de la juste valeur et des taux de change touchant les actifs et les passifs





2 495


1 921




Profits nets (pertes nettes) sur les actifs disponibles à la vente





96


57



Produits nets tirés des placements (pertes nettes de placements)





3 870


3 166



Produits tirés des honoraires





1 255


1 066


Total des produits





7 332


6 460

Prestations et charges










Montant brut des règlements et des prestations versés





3 430


3 203




Augmentation (diminution) des passifs relatifs aux contrats d'assurance





3 148


2 229




Diminution (augmentation) des actifs au titre des cessions en réassurance





(193)


54




Augmentation (diminution) des passifs relatifs aux contrats de placement





12


31




Charges (recouvrements) de réassurance





(1 453)


(1 325)




Commissions





492


440




Virement net aux (des) fonds distincts





17


7




Charges d'exploitation





1 180


1 123




Taxes sur primes





70


61




Charges d'intérêts





72


87


Total des prestations et charges





6 775


5 910

Bénéfice (perte) avant impôt sur le résultat





557


550



À déduire : charge (économie) d'impôt sur le résultat





95


117


Bénéfice net total (perte nette totale)





462


433



À déduire : bénéfice net (perte nette) attribuable aux titulaires de contrat avec participation





(5)


4


Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires





467


429



À déduire : dividendes aux actionnaires privilégiés





26


29


Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires ordinaires





441

$

400

$

Bénéfice (perte) par action









De base





0,72

$

0,66

$


Dilué(e)





0,72

$

0,65

$

États consolidés de la situation financière










Aux


(non audité, en millions de dollars canadiens)

31 mars 2015



31 décembre 2014


Actif







Trésorerie, équivalents de trésorerie et titres à court terme

6 744

$


6 818

$


Titres de créance

70 713



66 214



Titres de capitaux propres

5 551



5 223



Prêts hypothécaires et autres prêts

35 727



33 679



Actifs dérivés

2 378



1 839



Autres placements

2 686



2 375



Avances sur contrats

3 000



2 895



Immeubles de placement

6 260



6 108



Placements

133 059



125 151



Autres actifs

4 052



3 429



Actifs au titre des cessions en réassurance

4 583



4 042



Actifs d'impôt différé

1 280



1 230



Immobilisations corporelles

577



555



Immobilisations incorporelles

932



895



Goodwill

4 242



4 117



Total de l'actif du fonds général

148 725



139 419



Placements pour le compte des titulaires de contrat lié à des fonds distincts

89 667



83 938


Total de l'actif

238 392

$


223 357

$







Passif et capitaux propres






Passif







Passifs relatifs aux contrats d'assurance

107 966

$


101 228

$


Passifs relatifs aux contrats de placement

2 864



2 819



Passifs dérivés

2 671



1 603



Passifs d'impôt différé

217



155



Autres passifs

10 071



9 725



Débentures de premier rang

2 849



2 849



Titres de créance subordonnés

2 184



2 168



Total du passif du fonds général

128 822



120 547



Contrats d'assurance pour le compte des titulaires de contrat lié à

81 821



76 736



des fonds distincts







Contrats de placement pour le compte des titulaires de contrat lié à des fonds distincts

7 846



7 202


Total du passif

218 489

$


204 485

$








Capitaux propres







Capital social émis et surplus d'apport

10 804

$


10 805

$


Bénéfices non distribués et cumul des autres éléments du résultat global

9 099



8 067


Total des capitaux propres

19 903

$


18 872

$

Total du passif et des capitaux propres

238 392

$


223 357

$

À propos de la Financière Sun Life
La Financière Sun Life, qui célèbre ses 150 ans en 2015, est une organisation de services financiers de premier plan à l'échelle internationale qui offre aux particuliers et aux entreprises une gamme diversifiée de services et de produits dans les domaines de l'assurance et de la gestion de patrimoine. Avec ses partenaires, la Financière Sun Life exerce ses activités dans divers marchés du monde, notamment au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Irlande, à Hong Kong, aux Philippines, au Japon, en Indonésie, en Inde, en Chine, en Australie, à Singapour, au Vietnam, en Malaisie et aux Bermudes. Au 31 mars 2015, l'actif total géré des compagnies du groupe Financière Sun Life s'élevait à 813 G$. Pour plus de renseignements, veuillez visiter le site www.sunlife.com.

Les actions de la Financière Sun Life inc. sont inscrites à la Bourse de Toronto (« TSX »), à la Bourse de New York (« NYSE ») et à la Bourse des Philippines (« PSE ») sous le symbole « SLF ».

SOURCE Financière Sun Life inc.

Renseignements pour les médias : Geneviève Jutras, Conseillère principale, relations publiques, Téléphone : 514-866-3361, genevieve.jutras@sunlife.com; Renseignements pour les investisseurs : Gregory Dilworth, Vice-président, relations avec les investisseurs, Téléphone : 416-979-4198, relations.investisseurs@sunlife.com